Votre compte

Les Pleurs


« J’écris tout bas » : être femme et poète au XIXe siècle n’est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement, la contemporaine de Lamartine et de Baudelaire s’est efforcée de faire entendre son cri. Mère endeuillée et amante blessée, elle écrit pour survivre à la solitude des amours mortes et célébrer la solidarité des âmes face à l’énigme de la perte. Souffles, murmures et berceuses sont les refrains d’une poésie vocale, dont les vers semblent destinés à être chantés. La voix de Desbordes-Valmore s’exhale en soupirs languissants dans les alexandrins de «Je ne crois plus», s’amenuise jusqu’au bord du silence dans les pentasyllabes de «L’Adieu tout bas» et cascade comme un rire dans la première «Imitation de Moore». La vibration d’une parole invaincue : telle est la joie déchirante qui naît des Pleurs (1833), dont cette nouvelle édition permet de redécouvrir une figure majeure de la poésie romantique, la seule femme élevée par Verlaine au rang de «poète maudit». Dossier : 1. Réception des poèmes au XIXe siècle 2. Voix de femmes en poésie 3. Poésie et sociabilité romantiques.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Version papier

9,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Pleurs”

Fiche technique

Résumé

« J’écris tout bas » : être femme et poète au XIXe siècle n’est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement, la contemporaine de Lamartine et de Baudelaire s’est efforcée de faire entendre son cri. Mère endeuillée et amante blessée, elle écrit pour survivre à la solitude des amours mortes et célébrer la solidarité des âmes face à l’énigme de la perte. Souffles, murmures et berceuses sont les refrains d’une poésie vocale, dont les vers semblent destinés à être chantés. La voix de Desbordes-Valmore s’exhale en soupirs languissants dans les alexandrins de «Je ne crois plus», s’amenuise jusqu’au bord du silence dans les pentasyllabes de «L’Adieu tout bas» et cascade comme un rire dans la première «Imitation de Moore». La vibration d’une parole invaincue : telle est la joie déchirante qui naît des Pleurs (1833), dont cette nouvelle édition permet de redécouvrir une figure majeure de la poésie romantique, la seule femme élevée par Verlaine au rang de «poète maudit». Dossier : 1. Réception des poèmes au XIXe siècle 2. Voix de femmes en poésie 3. Poésie et sociabilité romantiques.

Biographie de Marceline Desbordes-Valmore

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire