Votre compte

Les policiers parlent

Jean Lacouture (series_edited_by)


Comment peut-on être « flic » ? Comment le devient-on, le reste-t-on ? Comment peut-on avec bonne conscience et au nom de l’ordre public, exercer la violence ? Un policier hors du « service » est-il un citoyen comme les autres, un Français moyen ? Voilà les questions entre beaucoup d’autres, que Michèle Manceaux a posée à six policiers — gardiens de la paix, membre de la P.J., des R.G. (Renseignements généraux), C.R.S. — qui lui ont répondu avec une surprenante franchise, et une pittoresque liberté de ton — non sans répéter que ce métier d’« évacuation des déchets de la combustion sociale », il fallait bien que quelqu’un s’en charge... Mais comment ? Et au nom de quoi se définit cet « ordre » qui fonderait le recours à la violence institutionnelle ? « Chaque État, dit l’un des interlocuteurs de Michèle Manceaux, a la police qu’il mérite. »

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les policiers parlent”

Fiche technique

Résumé

Comment peut-on être « flic » ? Comment le devient-on, le reste-t-on ? Comment peut-on avec bonne conscience et au nom de l’ordre public, exercer la violence ? Un policier hors du « service » est-il un citoyen comme les autres, un Français moyen ? Voilà les questions entre beaucoup d’autres, que Michèle Manceaux a posée à six policiers — gardiens de la paix, membre de la P.J., des R.G. (Renseignements généraux), C.R.S. — qui lui ont répondu avec une surprenante franchise, et une pittoresque liberté de ton — non sans répéter que ce métier d’« évacuation des déchets de la combustion sociale », il fallait bien que quelqu’un s’en charge... Mais comment ? Et au nom de quoi se définit cet « ordre » qui fonderait le recours à la violence institutionnelle ? « Chaque État, dit l’un des interlocuteurs de Michèle Manceaux, a la police qu’il mérite. »

Biographie de Michèle Manceaux

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire