Votre compte

Les préraphaélites, 1848-1884


Qui d’autre que Ruskin, reconnu dès 1851 comme l’arbitre du goût de ce qui allait devenir l’ère victorienne, aurait osé parier sur la valeur et l’avenir d’un groupe de jeunes peintres écervelés et frondeurs qui s’octroyèrent - à tort ou à raison - le titre provoquant de « Confrérie Préraphaélite » ? La critique de l’époque n’appréciait ni leur manière de peindre et de traiter les motifs, ni surtout le type de « beauté » que Rossetti, Hunt, Millais et les autres imposèrent finalement à leurs contemporains, habitués aux avatars des modèles académiques de Reynolds et de ses émules au sein de l’Académie Royale britannique. Pourtant, moins de quarante ans plus tard, alors que les premiers signataires du pacte préraphaélite s’étaient dispersés pour suivre des carrières personnelles, le Préraphaélitisme avec Sir Edward Burne-Jones comme chef de file triomphait en Europe et ailleurs pour la plus grande gloire de l’art britannique. C’est la trajectoire socio-esthétique, paradoxale en apparence, d’une révolte devenue l’instrument d’une « apothéose nationale », que cet ouvrage se propose de suivre en prenant pour points de repère les conflits qui se cristallisèrent autour de la femme.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les préraphaélites, 1848-1884”

Fiche technique

Résumé

Qui d’autre que Ruskin, reconnu dès 1851 comme l’arbitre du goût de ce qui allait devenir l’ère victorienne, aurait osé parier sur la valeur et l’avenir d’un groupe de jeunes peintres écervelés et frondeurs qui s’octroyèrent - à tort ou à raison - le titre provoquant de « Confrérie Préraphaélite » ? La critique de l’époque n’appréciait ni leur manière de peindre et de traiter les motifs, ni surtout le type de « beauté » que Rossetti, Hunt, Millais et les autres imposèrent finalement à leurs contemporains, habitués aux avatars des modèles académiques de Reynolds et de ses émules au sein de l’Académie Royale britannique. Pourtant, moins de quarante ans plus tard, alors que les premiers signataires du pacte préraphaélite s’étaient dispersés pour suivre des carrières personnelles, le Préraphaélitisme avec Sir Edward Burne-Jones comme chef de file triomphait en Europe et ailleurs pour la plus grande gloire de l’art britannique. C’est la trajectoire socio-esthétique, paradoxale en apparence, d’une révolte devenue l’instrument d’une « apothéose nationale », que cet ouvrage se propose de suivre en prenant pour points de repère les conflits qui se cristallisèrent autour de la femme.

Biographie de Danielle Bruckmuller-Genlot

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire