Votre compte

Les saisons de Roger Vailland


Roger Vailland, dont viennent de paraître les Écrits intimes, est sans doute un de nos écrivains les plus modernes : par son côté « revenu de tout » et, en même temps, par son amour vorace de la vie. Personnage fascinant, qui partait chasser le bonheur au pas d’un cadet de Gascogne, il a mené fiévreusement maintes saisons : le surréalisme, l’amour fou, la drogue, le libertinage, le communisme... Il s’est donné à tout, ne s’est perdu en rien. Vailland définissait la vertu comme possession de soi. Il unit dans son œuvre le regard froid de Valmont, la flamme de Fabrice : une géométrie passionnée, un lyrisme dominé. Son style impérieux, bref, élégant, délié, renoue avec la prose de Retz, Laclos, Stendhal, qui attestent la singularité d’être français. Il a fait, avec ses romans, le poids des saisons de sa vie. Il les a quittées une à une, en les prenant comme matière de son œuvre : il se dénudait, se dépouillait de sa peau : s’écrivait. François Bott a cherché la vérité de Vailland dans ce rapport, ces liens de chair entre un homme et son œuvre. Il a mis au jour une hantise de la castration et son autre face, la volonté de puissance. L’une et l’autre seront maîtrisées dans la vie et dans l’écriture.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les saisons de Roger Vailland”

Fiche technique

Résumé

Roger Vailland, dont viennent de paraître les Écrits intimes, est sans doute un de nos écrivains les plus modernes : par son côté « revenu de tout » et, en même temps, par son amour vorace de la vie. Personnage fascinant, qui partait chasser le bonheur au pas d’un cadet de Gascogne, il a mené fiévreusement maintes saisons : le surréalisme, l’amour fou, la drogue, le libertinage, le communisme... Il s’est donné à tout, ne s’est perdu en rien. Vailland définissait la vertu comme possession de soi. Il unit dans son œuvre le regard froid de Valmont, la flamme de Fabrice : une géométrie passionnée, un lyrisme dominé. Son style impérieux, bref, élégant, délié, renoue avec la prose de Retz, Laclos, Stendhal, qui attestent la singularité d’être français. Il a fait, avec ses romans, le poids des saisons de sa vie. Il les a quittées une à une, en les prenant comme matière de son œuvre : il se dénudait, se dépouillait de sa peau : s’écrivait. François Bott a cherché la vérité de Vailland dans ce rapport, ces liens de chair entre un homme et son œuvre. Il a mis au jour une hantise de la castration et son autre face, la volonté de puissance. L’une et l’autre seront maîtrisées dans la vie et dans l’écriture.

Biographie de François Bott

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire