Votre compte

Les trous de la viande


Un couple se repose dans une maison isolée, en pleine campagne ; la femme attend un enfant, cependant que, dans un village voisin, sa grand-mère agonise. Entre ce qui n’est après tout, d’un côté, qu’une germination, et de l’autre, une ultime décomposition, d’autres scènes vont prendre place, rappels à l’ordre, manifestations de la viande : cohorte, sans plus, de violences, de saignements, de mains qui fourragent, de montées furieuses à travers la pluie, de boues grouillantes. Le couple achète un mouton, l’égorge, le dépèce ; l’homme court les bois, massacrant merles, rats, lézards ; tandis que la femme accouche, les passagers d’une voiture lancent sous les fougères le cadavre d’un nouveau-né, lent pourrissement en voie de retrouver la terre, contrepoint (peut-on le dire ?) à une course érotique du couple à travers les pentes mouillées, les arbres dégouttants d’eau, la terre grasse. Mais au-delà de la minutie des descriptions, de l’appel du gonflement et des couleurs organiques, au-delà d’un sadisme qu’on pourrait dire contemplatif, à quoi sommes-nous conviés sinon, avant tout, à une sorte d’ahurissement concerté devant le savoir de la mort ?

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les trous de la viande”

Fiche technique

Résumé

Un couple se repose dans une maison isolée, en pleine campagne ; la femme attend un enfant, cependant que, dans un village voisin, sa grand-mère agonise. Entre ce qui n’est après tout, d’un côté, qu’une germination, et de l’autre, une ultime décomposition, d’autres scènes vont prendre place, rappels à l’ordre, manifestations de la viande : cohorte, sans plus, de violences, de saignements, de mains qui fourragent, de montées furieuses à travers la pluie, de boues grouillantes. Le couple achète un mouton, l’égorge, le dépèce ; l’homme court les bois, massacrant merles, rats, lézards ; tandis que la femme accouche, les passagers d’une voiture lancent sous les fougères le cadavre d’un nouveau-né, lent pourrissement en voie de retrouver la terre, contrepoint (peut-on le dire ?) à une course érotique du couple à travers les pentes mouillées, les arbres dégouttants d’eau, la terre grasse. Mais au-delà de la minutie des descriptions, de l’appel du gonflement et des couleurs organiques, au-delà d’un sadisme qu’on pourrait dire contemplatif, à quoi sommes-nous conviés sinon, avant tout, à une sorte d’ahurissement concerté devant le savoir de la mort ?

Biographie de Jacques Teboul

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire