Votre compte

Les vivantes


17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, vont être déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse... Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population sera exterminé, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme, prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et l’emprisonnent ; elle puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant… Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe-Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de ressources audiovisuelles du Cambodge, le Centre Bophana, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh. Il a publié L’Empire du traumatisme chez Flammarion (2007), en collaboration avec Didier Fassin.

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

18,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les vivantes”

Fiche technique

Résumé

17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, vont être déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse... Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population sera exterminé, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme, prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et l’emprisonnent ; elle puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant… Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe-Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de ressources audiovisuelles du Cambodge, le Centre Bophana, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh. Il a publié L’Empire du traumatisme chez Flammarion (2007), en collaboration avec Didier Fassin.

Biographie de Richard Rechtman

Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe-Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de ressources audiovisuelles du Cambodge, le Centre Bophana, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh. Il a publié L’Empire du traumatisme chez Flammarion (2007), en collaboration avec Didier Fassin.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire