Votre compte

Les vrais mystères de Paris


Eugène François Vidocq (1775-1857)


"Sir Lambton, possesseur de richesses considérables honorablement acquises, s'embarqua avec Servigny. Pendant la traversée qui fut on ne peut plus heureuse, il ne cessait de parler de sa nièce, qu'il n'avait vue que dans son enfance. Les lettres qu'il avait reçues de cette jeune fille avaient captivé toutes ses affections ; il brûlait d'impatience de la revoir, sans cesse il relisait sa correspondance avec une nouvelle satisfaction, et il la faisait lire à Servigny qui la trouvait charmante. La naïveté du style, la pureté des sentiments qui y étaient exprimés, tout était empreint de ce cachet qui révèle les âmes d'élite. Enfin après soixante-seize jours d'une navigation qu'aucun accident n'était venu interrompre, ils débarquèrent heureusement au Havre."

Célèbre bagnard qui devint chef de la police de sûreté (considéré même comme le père de la police judiciaire, par certains), il écrit les "vrais mystères de Paris" suite aux "mystères de Paris" d'Eugène Sue. Vidocq reprochait à Sue de ne pas être allé au bout des choses.


volume n° 3


Ce roman fut édité en 1844.

Ce livre est classé dans les catégories :

2,49 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les vrais mystères de Paris”

Fiche technique

Résumé

Eugène François Vidocq (1775-1857)


"Sir Lambton, possesseur de richesses considérables honorablement acquises, s'embarqua avec Servigny. Pendant la traversée qui fut on ne peut plus heureuse, il ne cessait de parler de sa nièce, qu'il n'avait vue que dans son enfance. Les lettres qu'il avait reçues de cette jeune fille avaient captivé toutes ses affections ; il brûlait d'impatience de la revoir, sans cesse il relisait sa correspondance avec une nouvelle satisfaction, et il la faisait lire à Servigny qui la trouvait charmante. La naïveté du style, la pureté des sentiments qui y étaient exprimés, tout était empreint de ce cachet qui révèle les âmes d'élite. Enfin après soixante-seize jours d'une navigation qu'aucun accident n'était venu interrompre, ils débarquèrent heureusement au Havre."

Célèbre bagnard qui devint chef de la police de sûreté (considéré même comme le père de la police judiciaire, par certains), il écrit les "vrais mystères de Paris" suite aux "mystères de Paris" d'Eugène Sue. Vidocq reprochait à Sue de ne pas être allé au bout des choses.


volume n° 3


Ce roman fut édité en 1844.

Biographie d’Eugène-François Vidocq

Eugène-François Vidocq (1775 - 1857) fut tour à tour délinquant, bagnard, puis policier et enfin détective privé. Forçat évadé du bagne, il devient chef de la "brigade de sûreté". À la tête de cette brigade, d'abord officieuse et qui devient par la suite le service de sûreté de la préfecture de police de Paris, ancêtre de la direction régionale de la policie judiciaire, il est le père de la police judiciaire. Il est également le fondateur de la toute première agence de détectives privés de l'histoire. Ses Mémoires ont été publiées en quatre volumes.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire