Votre compte

Lettre ouverte aux bonnes femmes

Jean-Pierre Dorian (series_edited_by)


Les « bonnes femmes », celles qui prétendent libérer leur sexe de l’oppression masculine, les SGUM, les Women’s Libs, aux États-Unis, les M.L.F. en France, auxquelles viennent se joindre les « Lesbiennes Radicales », le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, les W.I.T.C.H. « conspiration terroriste féminine internationale de l’enfer », etc., ne cherchent en vérité qu’à remplacer notre vieux système patriarcal, infiniment tolérant, qui ne survit que par l’habitude, par un matriarcat tout puissant et esclavagiste. Leur rêve, qu’elles déguisent dans une phraséologie pseudo-révolutionnaire : Asservir l’homme. Dans quel but ? Aucun ! Elles se disent le Tiers Monde opprimé alors qu’elles oppriment et détiennent la plus grande partie de la fortune du monde. Elles se disent esclaves : elles ne le sont que de la mode et de toutes les modes, intellectuelles ou autres qu’elles s’inventent. C’est cette gigantesque escroquerie — celle de la femme esclave — que vient dénoncer Lartéguy. En même temps qu’il pousse le premier cri de révolte de l’homme opprimé par l’impérialisme femelle.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Lettre ouverte aux bonnes femmes”

Fiche technique

Résumé

Les « bonnes femmes », celles qui prétendent libérer leur sexe de l’oppression masculine, les SGUM, les Women’s Libs, aux États-Unis, les M.L.F. en France, auxquelles viennent se joindre les « Lesbiennes Radicales », le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, les W.I.T.C.H. « conspiration terroriste féminine internationale de l’enfer », etc., ne cherchent en vérité qu’à remplacer notre vieux système patriarcal, infiniment tolérant, qui ne survit que par l’habitude, par un matriarcat tout puissant et esclavagiste. Leur rêve, qu’elles déguisent dans une phraséologie pseudo-révolutionnaire : Asservir l’homme. Dans quel but ? Aucun ! Elles se disent le Tiers Monde opprimé alors qu’elles oppriment et détiennent la plus grande partie de la fortune du monde. Elles se disent esclaves : elles ne le sont que de la mode et de toutes les modes, intellectuelles ou autres qu’elles s’inventent. C’est cette gigantesque escroquerie — celle de la femme esclave — que vient dénoncer Lartéguy. En même temps qu’il pousse le premier cri de révolte de l’homme opprimé par l’impérialisme femelle.

Biographie de Jean Lartéguy

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire