Votre compte

Lettres de mon moulin


Jeune encore et déjà lassé du sombre et bruyant Paris, Alphonse Daudet vient passer les étés dans son moulin de Fontvielle, " piqué comme un papillon " sur la colline parmi les lapins. Dans cette ruine ensoleillée de la vallée du Rhône, naissent ces contes immortels qui assureront sa gloire.

Au loin, on entend la trompe de Monsieur Seguin sonnant sa jolie chèvre blanche. Dans le petit bois de chênes verts, un sous-préfet s'endort en faisant des vers. Au ciel, où les étoiles se marient entre elles, le curé de Cucugnan compte ses malheureux paroissiens. Et dans la ville voisine, un jeune paysan meurt d'amour pour une petite Arlésienne tout en velours et dentelles qu'on ne verra jamais.

Le vieux moulin abandonné est devenu l'âme et l'esprit de la Provence. Dans le silence des Alpilles ou le tapage des cigales et des tambourins, parfumés d'émotions, de sourires et de larmes, ces contes semblent frappés d'une éternelle jeunesse.

1,99 €
?

Version papier

3,50 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Lettres de mon moulin”

Fiche technique

  • Auteur : Alphonse DAUDET
  • Éditeur : 12-21
  • Date de parution : 06/12/12
  • EAN : 9782266225458
  • Format : ePub
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Jeune encore et déjà lassé du sombre et bruyant Paris, Alphonse Daudet vient passer les étés dans son moulin de Fontvielle, " piqué comme un papillon " sur la colline parmi les lapins. Dans cette ruine ensoleillée de la vallée du Rhône, naissent ces contes immortels qui assureront sa gloire.

Au loin, on entend la trompe de Monsieur Seguin sonnant sa jolie chèvre blanche. Dans le petit bois de chênes verts, un sous-préfet s'endort en faisant des vers. Au ciel, où les étoiles se marient entre elles, le curé de Cucugnan compte ses malheureux paroissiens. Et dans la ville voisine, un jeune paysan meurt d'amour pour une petite Arlésienne tout en velours et dentelles qu'on ne verra jamais.

Le vieux moulin abandonné est devenu l'âme et l'esprit de la Provence. Dans le silence des Alpilles ou le tapage des cigales et des tambourins, parfumés d'émotions, de sourires et de larmes, ces contes semblent frappés d'une éternelle jeunesse.

Biographie d’Alphonse DAUDET

Alphonse Daudet naît à Nîmes le 13 mai 1840. Après une enfance heureuse en Provence, Alphonse est contraint par la faillite de l'entreprise paternelle de se faire maître d'études à Alès, expérience dont il s'inspirera pour écrire Le petit chose (1868). Alphonse Daudet tentera ensuite sa chance à Paris, menant une vie de bohême avec son frère Ernest. Il publie en 1858 un premier recueil de poèmes très bien accueilli, Les Amoureuses. Sa notoriété s'accroît avec ses Lettres de mon moulin (1860) qui rendent hommage à la Provence de son enfance, tout comme la trilogie de Tartarin (1872). Alphonse Daudet est également l'auteur de quelques pièces de théâtre (La dernière idole, Les absents, L'arlésienne) qui lui permettent de rejoindre ceux qu'Ivan Tourguéniev a appelé le " groupe des auteurs sifflés " – Flaubert, les frères Goncourt et Émile Zola – et qu'il évoque dans son recueil autobiographique, Trente ans de Paris (1888). Après son mariage avec Julia Allart en 1867, le couple s'installe à Champrosay avec leurs trois enfants, Léon, Lucien et Edmée, dans une maison où ils réunissent des amis artistes. Atteint d'une maladie incurable, Alphonse Daudet continuera à écrire jusqu'en 1895. Paraîtront notamment en 1873 Les contes du lundi, en 1874 Fromont jeune et Risler aîné, et Le nabab en 1877. Alphonse Daudet s'éteint à Paris le 16 décembre 1897.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire