Votre compte

Lettres en forêt urbaine


Résumé Que serait Montréal sans la souveraineté de ses arbres ? L’arbre est politique. Bertrand Laverdure sait parler aux arbres. Sans eux, les femmes et les hommes perdraient leur chemin et leur cœur. Une musique infinie, un vertige, un piano, ou une danse projette sa lumière sur la ville. Que serait Montréal sans ce peuple vertical qui enseigne la douceur, l’espoir et l’humilité. Extrait du prologue « Écrire aux arbres, c’est écrire au temps, à la durée concrète, c’est échanger aussi avec le plus vieux réseaux de communication au monde. Les arbres et leurs « hyperracines » existent depuis plus de trois cents millions d’années, le world wide web n’a plus ou moins que cinquante ans et n’est qu’une métaphore inspirée de leurs exploits d’adaptation. » Extrait LETTRE AU GRAND SAULE PLEUREUR DORÉ SUR LAFONTAINE COIN MORGAN Cher Skeletor, C’est l’hiver et tu es nu. Tu distribues tes os mous de doigts noueux autour de ton tronc de vieux printemps. Squelette marin, créature des profondeurs, tu fais claquer le froid sur ton instrument à fanons. Paisible comme une descente en apnée dans un gouffre bleu, tu assombris les circulaires. Tes baguettes couleur safran flattent mes rêveries. Tu es la vigie d’un ruisseau mort. L'auteur Bertrand Laverdure vit à Montréal. Il a publié plus d’une quinzaine de livres et participé à plusieurs spectacles littéraires. Il a été Poète de la Cité entre 2015 et 2017. Il a publié chez Mémoire d'encrier Comment enseigner la mort à un robot?, (2015).

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Lettres en forêt urbaine”

Fiche technique

Résumé

Résumé Que serait Montréal sans la souveraineté de ses arbres ? L’arbre est politique. Bertrand Laverdure sait parler aux arbres. Sans eux, les femmes et les hommes perdraient leur chemin et leur cœur. Une musique infinie, un vertige, un piano, ou une danse projette sa lumière sur la ville. Que serait Montréal sans ce peuple vertical qui enseigne la douceur, l’espoir et l’humilité. Extrait du prologue « Écrire aux arbres, c’est écrire au temps, à la durée concrète, c’est échanger aussi avec le plus vieux réseaux de communication au monde. Les arbres et leurs « hyperracines » existent depuis plus de trois cents millions d’années, le world wide web n’a plus ou moins que cinquante ans et n’est qu’une métaphore inspirée de leurs exploits d’adaptation. » Extrait LETTRE AU GRAND SAULE PLEUREUR DORÉ SUR LAFONTAINE COIN MORGAN Cher Skeletor, C’est l’hiver et tu es nu. Tu distribues tes os mous de doigts noueux autour de ton tronc de vieux printemps. Squelette marin, créature des profondeurs, tu fais claquer le froid sur ton instrument à fanons. Paisible comme une descente en apnée dans un gouffre bleu, tu assombris les circulaires. Tes baguettes couleur safran flattent mes rêveries. Tu es la vigie d’un ruisseau mort. L'auteur Bertrand Laverdure vit à Montréal. Il a publié plus d’une quinzaine de livres et participé à plusieurs spectacles littéraires. Il a été Poète de la Cité entre 2015 et 2017. Il a publié chez Mémoire d'encrier Comment enseigner la mort à un robot?, (2015).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire