Votre compte

Libres d'apprendre

Fred Pellerin (preface_by)

Normand Baillargeon (contributor)

Anne-Marie Boucher (contributor)

Noam Chomsky (contributor)

Marie-Claude Goulet (contributor)

Philippe Hurteau (contributor)

Micheline Lanctôt (contributor)

Widia Larivière (contributor)

Eric Martin (contributor)


Objet d'un large consensus parmi les protagonistes de la Révolution tranquille, la gratuité scolaire est aujourd’hui généralement considérée comme une proposition politique marginale, voire utopique. Portée par des milliers de personnes au printemps 2012, cette revendication est souvent jugée irréaliste dans le contexte budgétaire actuel. Comment a pu s’opérer un tel glissement? Avec la marchandisation grandissante des universités, la gratuité des études supérieures n’a pourtant jamais été aussi pertinente. C’est ce que cherchent à démontrer les auteur.e.s rassemblé.e.s dans cet ouvrage, chacun.e livrant son plaidoyer selon sa génération, son domaine et sa sensibilité. Unissant leurs voix, ils et elles rappellent qu’instaurer la gratuité scolaire, c’est permettre à tous et toutes d’être libres d’apprendre. La gratuité scolaire a bien sûr à voir avec l’accessibilité aux études. Mais il y a plus. «Ouvrir une école, c’est fermer une prison», disait Victor Hugo. Se donner l’éducation, c’est aussi se donner la chance de construire une société plus juste, plus libre; c’est encourager la diffusion de la culture, c’est faire avancer l’égalité des sexes, c’est introduire un peu de gratuité dans une société où l’inestimable a trop souvent un prix... Ainsi, bien que le réalisme économique d’une telle mesure y soit démontré, ce livre veut surtout poser «l’idée de la gratuité» comme un principe fondamental, à défendre en soi. En guise d’épilogue, l’intellectuel étastunien Noam Chomsky décrit d’ailleurs ce qui attend le Québec s’il s’entête à reproduire les erreurs de ses voisins du Sud en matière d’éducation supérieure. Il rappelle du même souffle la nécessité de lutter pour une éducation libre et publique. Ces vibrants plaidoyers pour la gratuité scolaire constituent un formidable antidote aux discours d’austérité ambiants. Un pavé dans la mare qui nous invite à aller à contre-courant du «chacun pour soi», en faisant le choix d’une éducation émancipatrice et démocratique.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Libres d'apprendre”

Fiche technique

Résumé

Objet d'un large consensus parmi les protagonistes de la Révolution tranquille, la gratuité scolaire est aujourd’hui généralement considérée comme une proposition politique marginale, voire utopique. Portée par des milliers de personnes au printemps 2012, cette revendication est souvent jugée irréaliste dans le contexte budgétaire actuel. Comment a pu s’opérer un tel glissement? Avec la marchandisation grandissante des universités, la gratuité des études supérieures n’a pourtant jamais été aussi pertinente. C’est ce que cherchent à démontrer les auteur.e.s rassemblé.e.s dans cet ouvrage, chacun.e livrant son plaidoyer selon sa génération, son domaine et sa sensibilité. Unissant leurs voix, ils et elles rappellent qu’instaurer la gratuité scolaire, c’est permettre à tous et toutes d’être libres d’apprendre. La gratuité scolaire a bien sûr à voir avec l’accessibilité aux études. Mais il y a plus. «Ouvrir une école, c’est fermer une prison», disait Victor Hugo. Se donner l’éducation, c’est aussi se donner la chance de construire une société plus juste, plus libre; c’est encourager la diffusion de la culture, c’est faire avancer l’égalité des sexes, c’est introduire un peu de gratuité dans une société où l’inestimable a trop souvent un prix... Ainsi, bien que le réalisme économique d’une telle mesure y soit démontré, ce livre veut surtout poser «l’idée de la gratuité» comme un principe fondamental, à défendre en soi. En guise d’épilogue, l’intellectuel étastunien Noam Chomsky décrit d’ailleurs ce qui attend le Québec s’il s’entête à reproduire les erreurs de ses voisins du Sud en matière d’éducation supérieure. Il rappelle du même souffle la nécessité de lutter pour une éducation libre et publique. Ces vibrants plaidoyers pour la gratuité scolaire constituent un formidable antidote aux discours d’austérité ambiants. Un pavé dans la mare qui nous invite à aller à contre-courant du «chacun pour soi», en faisant le choix d’une éducation émancipatrice et démocratique.

Biographie de Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-­Dubois a été l’un des porte­parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (classe) pendant la grève étudiante de 2012. Auteur de «Tenir tête» (Lux, 2013), il est actuellement candidat à la maîtrise en sociologie et collaborateur à la radio de Radio­ Canada.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire