Votre compte

Littératures contemporaines sur la topique juridique


Les tentatives modernes visant à construire une science du droit en un système déductif, où l’on pourrait déduire tout le droit à partir de quelques axiomes vrais et certains, n’ont jamais bien réussi. La prétendue « sécurité juridique » n’a été souvent qu’une « illusion of certainty » (Holmes). Les problèmes du droit ne se laissent pas ainsi manier. Une bonne solution à un problème juridique ne résulte pas d’une déduction logique des concepts. Elle ne découle pas d’un système hiérarchique des normes. Il ne peut être question d’une solution juste d’un problème juridique que quand on prend en considération toute la situation complexe qui l’engendre et les différents points de vue qui la déterminent. Mais cela implique qu’on quitte le domaine de la logique stricte, des déductions parfaites, et qu’on applique au discours jurisprudentiel une méthode qui lui convient. Viehweg l’intitule : la méthode topique. Néanmoins, la thèse viehwegienne n’échappe pas aux critiques des « systématiciens » : la « topique » ne peut être qualifiée de « méthode ». Une recherche de la signification du mot « topique » et des sources de Viehweg s’impose. Il apparaît que les τóπoι classiques ont une fonction propre dans un cadre méthodologique plus large, à savoir la dialectique. L’ensemble – dialectique et topiques – doit intéresser les juristes. On se trouve devant une méthode d’argumentation au vrai sens du terme. Un art que le volontarisme et positivisme modernes nous ont fait oublier.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Littératures contemporaines sur la topique juridique”

Fiche technique

Résumé

Les tentatives modernes visant à construire une science du droit en un système déductif, où l’on pourrait déduire tout le droit à partir de quelques axiomes vrais et certains, n’ont jamais bien réussi. La prétendue « sécurité juridique » n’a été souvent qu’une « illusion of certainty » (Holmes). Les problèmes du droit ne se laissent pas ainsi manier. Une bonne solution à un problème juridique ne résulte pas d’une déduction logique des concepts. Elle ne découle pas d’un système hiérarchique des normes. Il ne peut être question d’une solution juste d’un problème juridique que quand on prend en considération toute la situation complexe qui l’engendre et les différents points de vue qui la déterminent. Mais cela implique qu’on quitte le domaine de la logique stricte, des déductions parfaites, et qu’on applique au discours jurisprudentiel une méthode qui lui convient. Viehweg l’intitule : la méthode topique. Néanmoins, la thèse viehwegienne n’échappe pas aux critiques des « systématiciens » : la « topique » ne peut être qualifiée de « méthode ». Une recherche de la signification du mot « topique » et des sources de Viehweg s’impose. Il apparaît que les τóπoι classiques ont une fonction propre dans un cadre méthodologique plus large, à savoir la dialectique. L’ensemble – dialectique et topiques – doit intéresser les juristes. On se trouve devant une méthode d’argumentation au vrai sens du terme. Un art que le volontarisme et positivisme modernes nous ont fait oublier.

Biographie de Peter Degadt

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire