Votre compte

Marelles du scorpion

Michel Deguy (afterword_by)

Bernard Delvaille (series_edited_by)


Le jeu consiste à faire avancer le sens à cloche-langue dans les cases prescrites en blanc (sur les lignes qui n’existent pas), de page en page : sept parties de sept coups, perdues et gagnées vers "le ciel" ("Le ciel solide où ricochent en étoiles/les voix sitôt éteintes du jardin"). Le JE recommence autant de fois que comporte d’éléments articulés l’abdomen dangereux du Scorpion. Saccades imprévisibles et mesurées, le poème procède à mots rompus comme le silence (ils se brisent en deux parfois sur un bord invisible, on le lira passim) ; mais syntagmes aussitôt reconnaissables dans l’étrangeté familière de leur euphonie entrecoupée ; précaution et promptitude : rythme. Le souffle bien diseur profère les paroles comme le corps du marelleur se déséquilibre en sautant, proclitique au-dessus de la figure heptamère qu’il invente à mesure(s). Un homme procède "entre" la constellation sur sa tête ("signe féminin au zodiaque ; la maison du Scorpion contient ce qui a trait à la nature de notre mort, de nos accidents ; aux hérédités imprévues, aux blessures, elle domine les organes de la génération.") et la figure qu’il passe à gué sur la terre. "La douleur ne chante pas sans graphique", dit Robert Davreu. Respect et irrespect : du langage, des autres, des limites, de tout ce qui est-à dire. Le poème joue au portrait avec "ma vie" ; et réciproquement. Du poème se fait pudiquement avec "ma vie". Ce qui est vrai de "ma" vie qui cherche à se dire secrètement au poème est vrai de la poésie. C’est comme ça. Donnant donnant.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Marelles du scorpion”

Fiche technique

Résumé

Le jeu consiste à faire avancer le sens à cloche-langue dans les cases prescrites en blanc (sur les lignes qui n’existent pas), de page en page : sept parties de sept coups, perdues et gagnées vers "le ciel" ("Le ciel solide où ricochent en étoiles/les voix sitôt éteintes du jardin"). Le JE recommence autant de fois que comporte d’éléments articulés l’abdomen dangereux du Scorpion. Saccades imprévisibles et mesurées, le poème procède à mots rompus comme le silence (ils se brisent en deux parfois sur un bord invisible, on le lira passim) ; mais syntagmes aussitôt reconnaissables dans l’étrangeté familière de leur euphonie entrecoupée ; précaution et promptitude : rythme. Le souffle bien diseur profère les paroles comme le corps du marelleur se déséquilibre en sautant, proclitique au-dessus de la figure heptamère qu’il invente à mesure(s). Un homme procède "entre" la constellation sur sa tête ("signe féminin au zodiaque ; la maison du Scorpion contient ce qui a trait à la nature de notre mort, de nos accidents ; aux hérédités imprévues, aux blessures, elle domine les organes de la génération.") et la figure qu’il passe à gué sur la terre. "La douleur ne chante pas sans graphique", dit Robert Davreu. Respect et irrespect : du langage, des autres, des limites, de tout ce qui est-à dire. Le poème joue au portrait avec "ma vie" ; et réciproquement. Du poème se fait pudiquement avec "ma vie". Ce qui est vrai de "ma" vie qui cherche à se dire secrètement au poème est vrai de la poésie. C’est comme ça. Donnant donnant.

Biographie de Robert Davreu

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire