Votre compte

Martin le Bouillant


Martin bouillonne de vitalité. Ce qui est, selon sa mère, « la seule chose utile envers les gens qu’on aime, et même ceux qu’on n’aime pas ». Martin a douze ans. Son ami Seb vend des frelons, cité Mimosa, dans un appartement où on frappe les orangers pour qu'ils fleurissent.

« Je suis censé être Martin le Miséricordieux qui distribuait à tour de bras des moitiés de manteau » dit Martin. Et la mère de Martin laisse pousser ses ongles, comme un oursin. Elle dit « Pleurer c’est une corvée aussi lourde qu’une lessive, et qui vous trempe aussi ».

Ce pourrait être un sauvetage, mais qui sauve qui ? Et qui se sauve de quoi ? On monte en haut d'un toit pour décider d'y vivre, et c'est le décalage, entre la poésie ultime d'habiter sous le ciel, et les gestes triviaux, les ballons qui retombent, la pluie, l'ennui qui prend.

Ça ressemble à une fuite sans en être une. Peut-être une volonté de renaissance. Ou de remettre ensemble tout ce qui est éparpillé et fracassé, que cela forme quelque chose qui tienne, sans peur. Toucher les autres aussi. C'est un texte au présent, dans l'absurde et la rugosité du monde. Régine Detambel porte la bascule et le déséquilibre de Martin le Bouillant qui, lui, avance.

Et à nouveau le monde concret, l'attention aux êtres et à leur corps, d'une auteure essentielle d'aujourd'hui, Régine Detambel.

CJ

Ce livre est classé dans les catégories :

4,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Martin le Bouillant”

Fiche technique

  • Auteur : Régine Detambel
  • Éditeur : publie.net
  • Collection : Temps Réel
  • Date de parution : 09/06/13
  • EAN : 9782814507340
  • Format : Multi-format
  • Nombre de pages: 170
  • Protection : NC

Résumé

Martin bouillonne de vitalité. Ce qui est, selon sa mère, « la seule chose utile envers les gens qu’on aime, et même ceux qu’on n’aime pas ». Martin a douze ans. Son ami Seb vend des frelons, cité Mimosa, dans un appartement où on frappe les orangers pour qu'ils fleurissent.

« Je suis censé être Martin le Miséricordieux qui distribuait à tour de bras des moitiés de manteau » dit Martin. Et la mère de Martin laisse pousser ses ongles, comme un oursin. Elle dit « Pleurer c’est une corvée aussi lourde qu’une lessive, et qui vous trempe aussi ».

Ce pourrait être un sauvetage, mais qui sauve qui ? Et qui se sauve de quoi ? On monte en haut d'un toit pour décider d'y vivre, et c'est le décalage, entre la poésie ultime d'habiter sous le ciel, et les gestes triviaux, les ballons qui retombent, la pluie, l'ennui qui prend.

Ça ressemble à une fuite sans en être une. Peut-être une volonté de renaissance. Ou de remettre ensemble tout ce qui est éparpillé et fracassé, que cela forme quelque chose qui tienne, sans peur. Toucher les autres aussi. C'est un texte au présent, dans l'absurde et la rugosité du monde. Régine Detambel porte la bascule et le déséquilibre de Martin le Bouillant qui, lui, avance.

Et à nouveau le monde concret, l'attention aux êtres et à leur corps, d'une auteure essentielle d'aujourd'hui, Régine Detambel.

CJ

Biographie de Régine Detambel

Née en 1963, Régine Detambel, kinésithérapeute de formation, vit aujourd'hui dans la région de Montpellier et est l'auteur depuis 1990 d'une œuvre littéraire de tout premier plan, publiée pour l'essentiel chez Julliard, au Seuil et chez Gallimard. Chevalier des Arts et des Lettres, Régine Detambel a également été lauréate du prix Anna de Noailles de l'Académie française. Chez Actes Sud, elle est l'auteur du Syndrome de Diogène (essai, 2008) et de trois romans : Son corps extrême (2011),  Opéra sérieux (2012) et La Splendeur (2014).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire