Votre compte

Maudits métis


« Un métis n’a pas de majuscule. J’approchais de mes quarante ans quand je l’ai découvert. On écrit de manière correcte un Noir ou un Blanc, mais un métis. Pourquoi une lettre capitale à mon père, pourquoi une lettre capitale à ma mère, pourquoi une lettre minuscule dès lors qu’il s’agit de mes frères et moi ? 
On m’a répondu : un Noir, c’est une race ; un Blanc, c’est une race ; un métis, ce n’est pas une race. À partir de quand est-on une race ? » 

Le métissage est à la mode. On nous dit que c’est une chance, que c’est l’avenir, et même que c’est un progrès pour la France et pour l’humanité. « Quelque part, nous sommes tous des métis » est une jolie petite machine à raboter les souffrances – celles des autres. C’est parfois une manière polie de claquer la porte au nez. Alors que l’on proclame partout que le métissage est une bénédiction, tout conspire à prouver le contraire. 
Les métis sont perçus comme des humains à la fois incomplets et encombrés : ni tout à fait noirs, ni tout à fait blancs, on leur reproche pourtant, fatalement, d’être trop noirs ou trop blancs. On leur dénie méthodiquement tous les bénéfices d’une « double culture » que les discours politiquement corrects ne cessent pourtant de valoriser. Et on ne cesse d’exiger d’eux qu’ils trahissent explicitement la lignée de leur père ou de leur mère. 
Et, si on observe de près le fonctionnement des sociétés « métissées » nées de l’esclavage, on ne peut que s’inquiéter du destin auquel sont promis les métis dans les nations occidentales. Car, curieusement, on laisse suinter ici ou là, et sans s’en inquiéter, la haine des métis.

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
?

Version papier

40,21 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Maudits métis”

Fiche technique

Résumé

« Un métis n’a pas de majuscule. J’approchais de mes quarante ans quand je l’ai découvert. On écrit de manière correcte un Noir ou un Blanc, mais un métis. Pourquoi une lettre capitale à mon père, pourquoi une lettre capitale à ma mère, pourquoi une lettre minuscule dès lors qu’il s’agit de mes frères et moi ? 
On m’a répondu : un Noir, c’est une race ; un Blanc, c’est une race ; un métis, ce n’est pas une race. À partir de quand est-on une race ? » 

Le métissage est à la mode. On nous dit que c’est une chance, que c’est l’avenir, et même que c’est un progrès pour la France et pour l’humanité. « Quelque part, nous sommes tous des métis » est une jolie petite machine à raboter les souffrances – celles des autres. C’est parfois une manière polie de claquer la porte au nez. Alors que l’on proclame partout que le métissage est une bénédiction, tout conspire à prouver le contraire. 
Les métis sont perçus comme des humains à la fois incomplets et encombrés : ni tout à fait noirs, ni tout à fait blancs, on leur reproche pourtant, fatalement, d’être trop noirs ou trop blancs. On leur dénie méthodiquement tous les bénéfices d’une « double culture » que les discours politiquement corrects ne cessent pourtant de valoriser. Et on ne cesse d’exiger d’eux qu’ils trahissent explicitement la lignée de leur père ou de leur mère. 
Et, si on observe de près le fonctionnement des sociétés « métissées » nées de l’esclavage, on ne peut que s’inquiéter du destin auquel sont promis les métis dans les nations occidentales. Car, curieusement, on laisse suinter ici ou là, et sans s’en inquiéter, la haine des métis.

Biographie de Bertrand Dicale

Fils d’un Guadeloupéen et d’une Auvergnate, Bertrand Dicale écrit sur la culture populaire dans la presse et en parle à la radio (notamment sur France Info et France Inter). Il a également publié des ouvrages de référence sur Serge Gainsbourg, Louis de Funès, Juliette Gréco ou l’histoire de la chanson française.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire