Votre compte

Mauvaises fréquentations


« « Je fréquente », disaient autrefois les jeunes filles, avec cet air discret, mais involontairement triomphal, qui laisse deviner la transgression des lois. Le verbe fréquenter n’avait pas besoin de complément d’objet. Il se donnait l’assurance des verbes intransitifs. Les demoiselles évoquaient de cette manière leurs rendez-vous furtifs avec des jeunes gens. Rendez-vous que la morale réprouvait encore, dans une époque moins éloignée qu’il ne paraît. On n’imagine pas un lecteur de Proust dire de la même façon : « Je fréquente ». Pourtant, la pratique des écrivains revêt toujours quelque chose d’illicite, car le rapport entre l’auteur et le lecteur se noue d’une manière clandestine, à l’insu de la société. La lecture rend tous ses droits et tous ses charmes à la solitude. Et l’on sait que celle-ci ne bénéficie pas d’une excellente réputation. Voici donc les écrivains que j’ai fréquentés, à diverses époques, dans ces mauvais lieux solitaires que l’on appelle des livres. »

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Version papier

9,50 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Mauvaises fréquentations”

Fiche technique

Résumé

« « Je fréquente », disaient autrefois les jeunes filles, avec cet air discret, mais involontairement triomphal, qui laisse deviner la transgression des lois. Le verbe fréquenter n’avait pas besoin de complément d’objet. Il se donnait l’assurance des verbes intransitifs. Les demoiselles évoquaient de cette manière leurs rendez-vous furtifs avec des jeunes gens. Rendez-vous que la morale réprouvait encore, dans une époque moins éloignée qu’il ne paraît. On n’imagine pas un lecteur de Proust dire de la même façon : « Je fréquente ». Pourtant, la pratique des écrivains revêt toujours quelque chose d’illicite, car le rapport entre l’auteur et le lecteur se noue d’une manière clandestine, à l’insu de la société. La lecture rend tous ses droits et tous ses charmes à la solitude. Et l’on sait que celle-ci ne bénéficie pas d’une excellente réputation. Voici donc les écrivains que j’ai fréquentés, à diverses époques, dans ces mauvais lieux solitaires que l’on appelle des livres. »

Biographie de François Bott

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire