Votre compte

Mémoires de Vidocq


Eugène-François Vidocq (1775-1857)

"Je ne sais quelle espèce d’individus MM. De Sartines et Lenoir employaient pour faire la police des voleurs, mais ce que je sais bien, c’est que sous leur administration les filous étaient privilégiés, et qu’il y en avait bon nombre dans Paris. Monsieur le lieutenant-général se souciait peu de les réduire à l’inaction, ce n’était pas là son affaire ; seulement il n’était pas fâché de les connaître, et de temps à autre, quand il les savait habiles, il les faisait servir à son divertissement.

Un étranger de marque venait-il visiter la Capitale, vite M. le lieutenant-général mettait à ses trousses la fleur des filous, et une récompense honnête était promise à celui d’entre eux qui serait assez adroit pour lui voler sa montre ou quelque autre bijou de grand prix.

Le vol consommé, M. le lieutenant-général en était aussitôt averti, et quand l’étranger se présentait pour réclamer, il était émerveillé ; car à peine avait-il signalé l’objet, que déjà il lui était rendu.

M. de Sartines, dont on a tant parlé et dont on parle tant encore à tort et à travers, ne s’y prenait pas autrement pour prouver que la police de France était la première police du monde. De même que ses prédécesseurs, il avait une singulière prédilection pour les filous, et tous ceux dont il avait une fois distingué l’adresse, étaient bien certains de l’impunité. Souvent il leur portait des défis ; il les mandait alors dans son cabinet, et lorsqu’ils étaient en sa présence, "Messieurs, leur disait-il, il s’agit de soutenir l’honneur des filous de Paris ; on prétend que vous ne ferez pas tel vol... ; la personne est sur ses ardes, ainsi prenez vos précautions et songez bien que j’ai répondu du succès."

De bagnard évadé à chef de la sûreté, en passant par indicateur, Vidocq se raconte, se met en scène...

Ce livre est classé dans les catégories :

2,49 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Mémoires de Vidocq”

Fiche technique

Résumé

Eugène-François Vidocq (1775-1857)

"Je ne sais quelle espèce d’individus MM. De Sartines et Lenoir employaient pour faire la police des voleurs, mais ce que je sais bien, c’est que sous leur administration les filous étaient privilégiés, et qu’il y en avait bon nombre dans Paris. Monsieur le lieutenant-général se souciait peu de les réduire à l’inaction, ce n’était pas là son affaire ; seulement il n’était pas fâché de les connaître, et de temps à autre, quand il les savait habiles, il les faisait servir à son divertissement.

Un étranger de marque venait-il visiter la Capitale, vite M. le lieutenant-général mettait à ses trousses la fleur des filous, et une récompense honnête était promise à celui d’entre eux qui serait assez adroit pour lui voler sa montre ou quelque autre bijou de grand prix.

Le vol consommé, M. le lieutenant-général en était aussitôt averti, et quand l’étranger se présentait pour réclamer, il était émerveillé ; car à peine avait-il signalé l’objet, que déjà il lui était rendu.

M. de Sartines, dont on a tant parlé et dont on parle tant encore à tort et à travers, ne s’y prenait pas autrement pour prouver que la police de France était la première police du monde. De même que ses prédécesseurs, il avait une singulière prédilection pour les filous, et tous ceux dont il avait une fois distingué l’adresse, étaient bien certains de l’impunité. Souvent il leur portait des défis ; il les mandait alors dans son cabinet, et lorsqu’ils étaient en sa présence, "Messieurs, leur disait-il, il s’agit de soutenir l’honneur des filous de Paris ; on prétend que vous ne ferez pas tel vol... ; la personne est sur ses ardes, ainsi prenez vos précautions et songez bien que j’ai répondu du succès."

De bagnard évadé à chef de la sûreté, en passant par indicateur, Vidocq se raconte, se met en scène...

Biographie d’Eugène-François Vidocq

Eugène-François Vidocq (1775 - 1857) fut tour à tour délinquant, bagnard, puis policier et enfin détective privé. Forçat évadé du bagne, il devient chef de la "brigade de sûreté". À la tête de cette brigade, d'abord officieuse et qui devient par la suite le service de sûreté de la préfecture de police de Paris, ancêtre de la direction régionale de la policie judiciaire, il est le père de la police judiciaire. Il est également le fondateur de la toute première agence de détectives privés de l'histoire. Ses Mémoires ont été publiées en quatre volumes.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire