Votre compte

Michel Foucault et le christianisme


Des premiers rites baptismaux à la confession moderne, les références au christianisme sont constantes dans l’œuvre de Michel Foucault. Cette constance s’inscrit dans un questionnement philosophique plus large sur notre actualité : comprendre le rapport que nous avons aujourd’hui à nous-mêmes demande de s’interroger sur les actes de vérité que l’Occident a instaurés depuis les premiers siècles chrétiens. Que faut-il dire et manifester de soi pour être transformé dans son être, pardonné, sauvé, jugé ou guéri ? Ce livre propose une étude critique de l’ensemble des lectures chrétiennes de Foucault, avec une attention particulière portée au cours Du gouvernement des vivants (1979-1980). Ni chronologique ni thématique, le parcours suivi espère retrouver la logique d’un travail à la fois philosophique et historique : quand et comment le christianisme a-t-il été constitué par Foucault en objet de recherche, avec quelles pratiques de lecture et quelles conséquences sur l’interprétation ? Attentif aux mots plus qu’aux choses, le philosophe repère les glissements sémantiques successifs qui annoncent, entre le IIe et le IVe siècle de notre ère, le passage du monde antique à un univers inédit : celui de la perfection impossible et des fidélités difficiles. Loin de l’image facile d’un christianisme ascétique et intransigeant, Foucault définit l’originalité chrétienne comme la reconnaissance et l’institution paradoxale d’un rapport précaire à la vérité.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Michel Foucault et le christianisme”

Fiche technique

Résumé

Des premiers rites baptismaux à la confession moderne, les références au christianisme sont constantes dans l’œuvre de Michel Foucault. Cette constance s’inscrit dans un questionnement philosophique plus large sur notre actualité : comprendre le rapport que nous avons aujourd’hui à nous-mêmes demande de s’interroger sur les actes de vérité que l’Occident a instaurés depuis les premiers siècles chrétiens. Que faut-il dire et manifester de soi pour être transformé dans son être, pardonné, sauvé, jugé ou guéri ? Ce livre propose une étude critique de l’ensemble des lectures chrétiennes de Foucault, avec une attention particulière portée au cours Du gouvernement des vivants (1979-1980). Ni chronologique ni thématique, le parcours suivi espère retrouver la logique d’un travail à la fois philosophique et historique : quand et comment le christianisme a-t-il été constitué par Foucault en objet de recherche, avec quelles pratiques de lecture et quelles conséquences sur l’interprétation ? Attentif aux mots plus qu’aux choses, le philosophe repère les glissements sémantiques successifs qui annoncent, entre le IIe et le IVe siècle de notre ère, le passage du monde antique à un univers inédit : celui de la perfection impossible et des fidélités difficiles. Loin de l’image facile d’un christianisme ascétique et intransigeant, Foucault définit l’originalité chrétienne comme la reconnaissance et l’institution paradoxale d’un rapport précaire à la vérité.

Biographie de Philippe Chevallier

La concentration de talents qui a rendu possible la variété française des années 1960-1970 est l’un des secrets les mieux gardés de la musique du siècle dernier. Les arrangeurs et musiciens de cette époque – formés au conservatoire ou au jazz – ne se préoccupaient pas des prix et distinctions qu’ils avaient déjà tous raflés à vingt ans ; ils cherchaient seulement le public, cette instance si difficile à atteindre et à convaincre.
Héros de cet âge d’or par la constance de son art et la longévité de son succès, Claude François (1939-1978) défie le jugement esthétique : admiré par la profession, mais volontiers méprisé en dehors, il fait ricaner les uns et danser beaucoup d’autres. Par sa précision métronomique, ce batteur de formation a porté la chanson populaire à un niveau d’excellence qui brouille les partages et demande de repenser ces choses magnifiquement évanescentes auxquelles l’esthétique n’a jamais su accorder leur vraie place. Assurément, il est plus difficile de penser Alexandrie, Alexandra que la Symphonie héroïque.
En élaborant la notion de « forme moyenne », cet essai, riche en informations rares ou inédites, tente de percer l’énigme de ce qui se tient entre le grand et le petit, en ce juste milieu qui se révèle un sommet d’exigence et de rigueur.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire