Votre compte

Miniatures. Carnets d'un inquisiteur. Tome 2.


À sa mort en septembre 1999, l’écrivain Gilles Leclerc lègue une production inédite monumentale : romans, nouvelles, essais, poèmes, pièces de théâtre. Ses écrits sont dispersés dans de nombreuses boites, parmi lesquelles se distingue un petit classeur vert contenant dix-sept cahiers lignés numérotés de 2 à 18 (le cahier 1 demeure introuvable à ce jour) : ses « carnets noirs ». Dans ce second tome de Miniatures se retrouvent les cahiers 7 à 13 de ce journal rédigé entre le 14 juillet 1956 et le 17 avril 1963. L’auteur y poursuit sa réflexion avec une sincérité crue, une lucidité tranchante et un indéniable talent d’écrivain. En abordant une variété de sujets, des dangers d’une mondialisation balbutiante à la dénonciation de la « guerre commerciale », des tourments de l’artiste inconnu au réquisitoire contre l’art qui n’est que divertissement, ce « Mozart assassiné de la Révolution tranquille » se pose une fois de plus en prophète, du meilleur, mais plus souvent du pire.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Miniatures. Carnets d'un inquisiteur. Tome 2.”

Fiche technique

Résumé

À sa mort en septembre 1999, l’écrivain Gilles Leclerc lègue une production inédite monumentale : romans, nouvelles, essais, poèmes, pièces de théâtre. Ses écrits sont dispersés dans de nombreuses boites, parmi lesquelles se distingue un petit classeur vert contenant dix-sept cahiers lignés numérotés de 2 à 18 (le cahier 1 demeure introuvable à ce jour) : ses « carnets noirs ». Dans ce second tome de Miniatures se retrouvent les cahiers 7 à 13 de ce journal rédigé entre le 14 juillet 1956 et le 17 avril 1963. L’auteur y poursuit sa réflexion avec une sincérité crue, une lucidité tranchante et un indéniable talent d’écrivain. En abordant une variété de sujets, des dangers d’une mondialisation balbutiante à la dénonciation de la « guerre commerciale », des tourments de l’artiste inconnu au réquisitoire contre l’art qui n’est que divertissement, ce « Mozart assassiné de la Révolution tranquille » se pose une fois de plus en prophète, du meilleur, mais plus souvent du pire.

Biographie de Gilles Leclerc

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire