Votre compte

Mort et vif


Philippe Moline, dit Flip, ouvrier dans l’usine Deleter, le leader européen de l’ouvre-boite, est quitté par son amoureuse, Patricia, alors même qu’il lui confectionnait une Tour Eiffel en clefs à sardine. Le lundi suivant, en chemin pour l’usine, il ne descend pas du bus. Tandis que ses collègues se heurtent aux grilles fermées de l’entreprise dont les machines ont été vendues et déménagées durant le week-end, Flip arrive au terminus de la ligne. Hagard, il n’est plus littéralement que l’ombre de lui-même, une silhouette nonchalante et sombre, quand il rencontre Trashy, un percussionniste enfumé en quête d’un groupe qui accepte de jouer avec lui. Ensemble, ces deux paumés vont effectivement se perdre en voiture dans la montagne ardéchoise. Sur cette route crépusculaire, puis obscure, ils roulent sans but et sans lumière vers une destination qu’on devine aussi sans espoir. A force de désespérance, ils vont croiser Patricia et les collègues d’usine de Flip qui séquestrent le patron-voyou les ayant privés de travail. Enfin, au bout de la nuit et du chemin, à la fois morts et vifs, ils croiseront aussi leur destin… Mort et vif met en scène des personnages en rupture, amputés du cœur ou de leur emploi, malgré eux, privés de sens de l’orientation et de sens à leur vie, qui errent dans les entrelacs sinueux d’un monde dont on les a exclus.

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Ebook ePub Fixed Layout

Ce format numérique a été construit pour garder une mise en page fixe. La lecture est recommandée sur un grand écran (ordinateur ou tablette).

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Mort et vif”

Fiche technique

Résumé

Philippe Moline, dit Flip, ouvrier dans l’usine Deleter, le leader européen de l’ouvre-boite, est quitté par son amoureuse, Patricia, alors même qu’il lui confectionnait une Tour Eiffel en clefs à sardine. Le lundi suivant, en chemin pour l’usine, il ne descend pas du bus. Tandis que ses collègues se heurtent aux grilles fermées de l’entreprise dont les machines ont été vendues et déménagées durant le week-end, Flip arrive au terminus de la ligne. Hagard, il n’est plus littéralement que l’ombre de lui-même, une silhouette nonchalante et sombre, quand il rencontre Trashy, un percussionniste enfumé en quête d’un groupe qui accepte de jouer avec lui. Ensemble, ces deux paumés vont effectivement se perdre en voiture dans la montagne ardéchoise. Sur cette route crépusculaire, puis obscure, ils roulent sans but et sans lumière vers une destination qu’on devine aussi sans espoir. A force de désespérance, ils vont croiser Patricia et les collègues d’usine de Flip qui séquestrent le patron-voyou les ayant privés de travail. Enfin, au bout de la nuit et du chemin, à la fois morts et vifs, ils croiseront aussi leur destin… Mort et vif met en scène des personnages en rupture, amputés du cœur ou de leur emploi, malgré eux, privés de sens de l’orientation et de sens à leur vie, qui errent dans les entrelacs sinueux d’un monde dont on les a exclus.

Biographie de David Prudhomme

Même happé par l’ouvrage, de temps en temps lève ton nez… Cette maxime, citée par David Prudhomme dans son ouvrage L’Oisiveraie 2 résume assez bien la philosophie de cet auteur soucieux « d’affiner » son travail en permanence. Ce n’est donc pas un hasard s’il s’associe à Pascal Rabaté, pour son arrivée chez Futuropolis, pour proposer une chronique familiale douce-amère, La Marie en plastique. David Prudhomme trouve un malin plaisir à toutes ces petites choses qui enlisent la vie dans le pas grand-chose et la coincent dans le rien du tout. Ce quotidien, David Prudhomme se l’approprie pleinement, en croquant, d’un trait de plus en plus épuré mais juste, des trognes d’hommes de la rue, icônes de zinc, avec un naturel et une économie de moyens que beaucoup peuvent lui envier. "Parallèlement, en fait depuis toujours, j'alterne une veine grave et une fibre fantaisiste, du dessin classique aux « gros nez », de l'expressionnisme au mimétisme des figures, telle idée de grand écart qu'offre le dessin n'en finit pas de m'attirer et j'essaie de devenir de plus en plus souple ! Tout en restant ferme !"

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire