Votre compte

Moscou 1941


22 juin 1941. Hitler lance l’opération Barbarossa contre l’union soviétique. Dix jours plus tard, Alexander Werth, correspondant de la BBC, arrive à Moscou. Jusqu’à octobre 1941, il partage le quotidien des Moscovites durant ce terrible été marqué par l’effondrement de l’Armée rouge. Le récit qu’il en a tiré est un témoignage unique sur un moment crucial de l’histoire de la guerre à l’est, celui où l’Allemagne nazie semble invincible. Ne disposant que des informations officielles, qui toutes minimisent systé-matiquement les reculs et les défaites de l’Armée rouge, tout en majorant les pertes de la Wehrmacht, Alexander Werth saisit toutes les occasions pour tenter de « prendre le pouls » de la vie réelle. Malgré les contraintes – espionite ambiante, méfiance et peur de l’étranger –, il rend compte avec brio de l’atmosphère à Moscou au cours des premières semaines de la grande guerre patriotique, à un moment où la menace ennemie se rapproche de la capitale soviétique, soumise aux premiers raids aériens. Alexander Werth quitte la ville alors que les détachements avancés de la Wehrmacht ne sont plus qu’à une trentaine de kilomètres de la capitale soviétique. À ce moment-là, la prise de Moscou semble inéluctable.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

13,93 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Moscou 1941”

Fiche technique

Résumé

22 juin 1941. Hitler lance l’opération Barbarossa contre l’union soviétique. Dix jours plus tard, Alexander Werth, correspondant de la BBC, arrive à Moscou. Jusqu’à octobre 1941, il partage le quotidien des Moscovites durant ce terrible été marqué par l’effondrement de l’Armée rouge. Le récit qu’il en a tiré est un témoignage unique sur un moment crucial de l’histoire de la guerre à l’est, celui où l’Allemagne nazie semble invincible. Ne disposant que des informations officielles, qui toutes minimisent systé-matiquement les reculs et les défaites de l’Armée rouge, tout en majorant les pertes de la Wehrmacht, Alexander Werth saisit toutes les occasions pour tenter de « prendre le pouls » de la vie réelle. Malgré les contraintes – espionite ambiante, méfiance et peur de l’étranger –, il rend compte avec brio de l’atmosphère à Moscou au cours des premières semaines de la grande guerre patriotique, à un moment où la menace ennemie se rapproche de la capitale soviétique, soumise aux premiers raids aériens. Alexander Werth quitte la ville alors que les détachements avancés de la Wehrmacht ne sont plus qu’à une trentaine de kilomètres de la capitale soviétique. À ce moment-là, la prise de Moscou semble inéluctable.

Biographie d’Alexander Werth

Né à Saint-Pétersbourg, Alexander Werth (1901-1969) a fui la Russie après la Révolution de 1917 pour le Royaume-Uni où il obtient la nationalité britannique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est le correspondant à Moscou du Sunday Times, du Guardian et de la BBC. À ce titre, il sera l’un des premiers étrangers à être autorisé à pénétrer en URSS en plein conflit.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire