Votre compte

No limit


No limit dit sans filet de sauvetage, sans roue de secours, dit pas de plan B. No limit : on est propulsé dans le noir, filant vers la lumière des étoiles ou sombrant dans les gouffres du néant.

Qu'on regarde en noir et blanc ou en couleur, il nous sera donné du ravissement, de l'envie, de l'exaltation, mais il y aura aussi de l'égoïsme et de l'oubli, de la haine peut être et du secret sûrement.

NO LIMIT : 13 textes extravagants -13 auteurs se sont tout permis.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “No limit”

Fiche technique

Résumé

No limit dit sans filet de sauvetage, sans roue de secours, dit pas de plan B. No limit : on est propulsé dans le noir, filant vers la lumière des étoiles ou sombrant dans les gouffres du néant.

Qu'on regarde en noir et blanc ou en couleur, il nous sera donné du ravissement, de l'envie, de l'exaltation, mais il y aura aussi de l'égoïsme et de l'oubli, de la haine peut être et du secret sûrement.

NO LIMIT : 13 textes extravagants -13 auteurs se sont tout permis.

Biographie de Philippe Caza

Écrivain et réalisateur de films documentaires, Jacques Cauda doit autant à l’écriture qu’à sa pratique de l’image.

Au début des années 2000, il crée le mouvement surfiguratif. 

Surfigurer, c’est prendre pour objet des sensations dont la source n’est plus le réel mais sa représentation rétinienne. Le monde est devenu une image et le peindre, c’est réécrire cette image. 

C’est pourquoi, Jacques Cauda utilise le pastel à l’huile qui a la particularité de se pratiquer comme une écriture sur une feuille de papier. Il renoue ainsi avec le ut pictura poesis des Anciens : la peinture est aussi une poésie. 

D’autre part, avec le pastel à l’huile, la couleur représente aussi bien que le trait. Et tout particulièrement, quand il s’agit du paysage dont l’enjeu n’est pas seulement une question d’espace mais aussi d’intériorité. Un bleu, par exemple, exprimera l’articulation qu’il y a entre le souffle du monde et celui de l’artiste. Et il en sera de même avec le noir et le blanc dont le rapport, au delà de leur évident contraste, soulignera ce qui est à l’origine de la peinture : l’émotion.

Ses œuvres rencontrent un public international, Londres, Rome, Berlin, Barcelone, Amsterdam, Paris, qui y a tout de suite reconnu cette émotion première que procure le tracé du tout premier trait qui est à la naissance de l’art.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire