Votre compte

On tue les vieux


Placée dans le seul contexte économique, la vieillesse n'est plus envisagée qu'en termes de contraintes, de charges et d'inutilité. La grande défausse des États permet un véritable génocide gériatrique sans culpabilité, parce que lorsqu'on est vieux on doit mourir. Un génocide silencieux perpétré grâce aux incohérences et aux maltraitances qui font tous les ans plus de morts que la canicule.

De la prise en charge défaillante des vieux aux urgences à l'hécatombe des mauvaises orientations, sans parler des euthanasies, « tellement courantes, dit un médecin, que pour s'en convaincre il suffit d'aller dans les hôpitaux », tout contribue à accélérer leur fin. Ceux qui survivent à l'hôpital se retrouvent dans des maisons de retraite inadaptées à leur prise en charge. Abandonnés sans soins dans des établissements sous-dotés en personnel, les vieux dénutris, sous-médicalisés et surmédicamentés ne font pas long feu. La justice ne condamne que rarement ces « dysfonctionnements institutionnels ». La vie d'un vieux, au pire, ça vaut deux ans avec sursis.L'État se désengage d'autant plus volontiers du problème qu'il veut privatiser le secteur.

Reste à savoir à qui profite le crime…

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

11,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “On tue les vieux”

Fiche technique

Résumé

Placée dans le seul contexte économique, la vieillesse n'est plus envisagée qu'en termes de contraintes, de charges et d'inutilité. La grande défausse des États permet un véritable génocide gériatrique sans culpabilité, parce que lorsqu'on est vieux on doit mourir. Un génocide silencieux perpétré grâce aux incohérences et aux maltraitances qui font tous les ans plus de morts que la canicule.

De la prise en charge défaillante des vieux aux urgences à l'hécatombe des mauvaises orientations, sans parler des euthanasies, « tellement courantes, dit un médecin, que pour s'en convaincre il suffit d'aller dans les hôpitaux », tout contribue à accélérer leur fin. Ceux qui survivent à l'hôpital se retrouvent dans des maisons de retraite inadaptées à leur prise en charge. Abandonnés sans soins dans des établissements sous-dotés en personnel, les vieux dénutris, sous-médicalisés et surmédicamentés ne font pas long feu. La justice ne condamne que rarement ces « dysfonctionnements institutionnels ». La vie d'un vieux, au pire, ça vaut deux ans avec sursis.L'État se désengage d'autant plus volontiers du problème qu'il veut privatiser le secteur.

Reste à savoir à qui profite le crime…

Biographie de Christophe Fernandez

Ancien gendarme, Christophe Fernandez est président de l'Association française de protection et d'assistance aux personnes âgées (AFPAP). Il est représentant de la Confédération nationale des retraités (CNR) et membre du Comité départemental des retraités et personnes âgées (Coderpa) au Conseil général des Landes. Il est également délégué de l'Union nationale des personnels en retraite de la Gendarmerie nationale (UNPRG).Il a participé à la publication de On tue les vieux, chez Fayard, en 2006. 

Directeur d’un centre de formation dans le secteur social, Thierry Pons, coordonnateur de l’AFPAP, a été membre du Comité national de vigilance contre la maltraitance des personnes âgées (2002-2004), présidé par le ministre délégué aux Personnes âgées.

Il a participé à la publication de On tue les vieux, chez Fayard, en 2006.

Dominique Prédali est auteur, journaliste, traductrice et interprète de conférence en Grande-Bretagne.

Le professeur Jacques Soubeyrand est chef du service de médecine interne et gériatrie à l'hôpital Sainte-Marguerite de Marseille. Il a publié On tue les vieux, avec Christophe Fernandez, Thierry Pons et Dominique Prédali (Fayard, 2006).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire