Votre compte

Où va notre démocratie ?


Nul ne songerait en Occident à contester la démocratie pour instituer une autre forme de régime : dans son principe, la démocratie est aujourd'hui indiscutable et triomphante. Et pourtant au nom de ce principe même, on reproche à son fonctionnement de n'être pas assez « démocratique ». Le système représentatif est en crise, comme en témoignent la dépolitisation croissante des citoyens, la montée de l'abstention, la défiance envers le discours politique, le sentiment d'éloignement vis à vis des institutions. Notre monde change : le rôle croissant de l'économie y réduit l'influence du politique, la société civile s'autonomise et se fragmente en une somme d'individus défendant leurs intérêts particuliers, le sens du collectif tend à se perdre, les affrontements traditionnels qui fondaient les identifications partisanes se diluent, la séparation s'efface entre sphère publique et sphère privée. Au cœur de ces mutations, la démocratie fait l'objet de revendications croissantes : protection individuelle, reconnaissance de droits nouveaux, participation plus directe à la décision politiques, prise en charge des questions économiques, sociales, sociétales... Face à ces transformations, à ces remises en cause, où va notre démocratie ? Comment se répartissent les rôles entre société civile et institutions politiques ? Quel impact ont les médias, les sondages, l'opinion ? Une nouvelle citoyenneté doit-elle être imaginée, rééquilibrant représentation et participation ? La démocratie peut-elle se bâtir dans le cadre européen ?

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Où va notre démocratie ?”

Fiche technique

Résumé

Nul ne songerait en Occident à contester la démocratie pour instituer une autre forme de régime : dans son principe, la démocratie est aujourd'hui indiscutable et triomphante. Et pourtant au nom de ce principe même, on reproche à son fonctionnement de n'être pas assez « démocratique ». Le système représentatif est en crise, comme en témoignent la dépolitisation croissante des citoyens, la montée de l'abstention, la défiance envers le discours politique, le sentiment d'éloignement vis à vis des institutions. Notre monde change : le rôle croissant de l'économie y réduit l'influence du politique, la société civile s'autonomise et se fragmente en une somme d'individus défendant leurs intérêts particuliers, le sens du collectif tend à se perdre, les affrontements traditionnels qui fondaient les identifications partisanes se diluent, la séparation s'efface entre sphère publique et sphère privée. Au cœur de ces mutations, la démocratie fait l'objet de revendications croissantes : protection individuelle, reconnaissance de droits nouveaux, participation plus directe à la décision politiques, prise en charge des questions économiques, sociales, sociétales... Face à ces transformations, à ces remises en cause, où va notre démocratie ? Comment se répartissent les rôles entre société civile et institutions politiques ? Quel impact ont les médias, les sondages, l'opinion ? Une nouvelle citoyenneté doit-elle être imaginée, rééquilibrant représentation et participation ? La démocratie peut-elle se bâtir dans le cadre européen ?

Biographie d’Alain Blondiaux

Philosophe de formation, sociologue, Jean-Pierre Le Goff est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Mai 68 : l’héritage impossible, La fin du village et, chez Stock, Malaise dans la démocratie.

Pascal Perrineau, Directeur du CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po associé au CNRS).

Professeur de science politique à l'université Panthéon-Assas

Patrick Savidan est Maître de conférence en philosophie à l’Université de Paris-Sorbonne, Président de l’Observatoire des inégalités (http://www.inegalites.fr) et rédacteur en chef de la revue Raison publique (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne). Il a récemment publié Le dictionnaire des sciences humaines (dir. en collaboration avec Sylvie Mesure, Paris, PUF, 2006), L’Etat des inégalités en France (dir. en collaboration avec Louis Maurin, Paris, Belin, 2006), La République ou l’Europe ? (dir.), Paris, L.G.F., 2004 et Comprendre les inégalités (dir. en collaboration avec J.-P. Fitoussi), Paris, PUF, 2003.

« La compréhension sociologique se donne pour ambition de substituer à l’incohérence du monde humain des images intellectuelles, des relations intelligibles ou, en d’autres termes, de remplacer la diversité et la confusion du réel par un ensemble intelligible, cohérent et rationnel. Ce projet implique de prendre en compte le sens que les individus donnent à leur conduite, ce par quoi ils sont véritablement humains. »

Publié précédemment dans la collection « Le lien social », dirigée par Serge Paugam, cet ouvrage, considérablement remanié et actualisé, a été conçu par son auteur comme un manuel. C’est également une initiation, une introduction généreuse, intelligente et critique à une discipline dont l’enjeu est de « montrer qu’il ne s’agit pas de comprendre les conduites des hommes de manière intuitive et sympathique, mais de les rendre intelligibles dans un projet de connaissance intellectuelle et rationnelle. » Fondé sur un travail de chercheur et d’enseignante, une confrontation avec les auteurs du passé et du présent, une conception de la pratique de l’analyse typologique, instrument privilégié de la démarche sociologique, il veut contribuer à expliciter les malentendus, encourager la rigueur et maintenir « la voie étroite entre le scientisme et l’essayisme » dans une discipline dont le projet intellectuel est de rendre lisibles les relations entre les hommes.

Yves Sintomer est professeur de sciences politiques à l'université Paris-VIII, membre de l'UMR CRESSPA, chercheur invité à l'Institut de sociologie de l'université de Neuchâtel et chercheur associé au Centre Marc Bloch, à Berlin.

Alain-Gérard Slama est un essayiste, journaliste et historien français.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire