Votre compte

Parce ce que c'était lui Parce ce que c'était moi


L’amitié en politique existe-t-elle ? Nombreux sont ceux qui en doutent. Que reste-t-il du  désintéressement et de la permanence au pays des rivalités et des revirements sans frein ? Etudier l’amitié en politique revient à se pencher sur un sentiment pur dans un monde impur. Mais l’amitié, ce lien rare, ce mot galvaudé, possède ses parts d’ombre et la politique ses accès de sincérité. L’amitié n’est ni le  compagnonnage, ni la  camaraderie, ni la sympathie, ni la  fraternité, ni le copinage. C’est en revanche un sentiment totalement tourné vers l’autre, comme devrait l’être la politique. Il semblait logique de passer de l’autre côté de l’image publique et de demander à des hommes et des femmes politiques de  livrer leur vision de l’amitié et leur version d’une amitié. Ainsi Edouard Philippe explique pourquoi il tient l’amitié en politique en haute considération. Pierre Moscovici raconte une amitié loyale, une autre trahie, une dernière inexistante.  François Hollande revient sur ses liens avec ses premiers ministres. Bruno Le Maire analyse pourquoi l’amitié en  politique mène inexorablement à des blessures.  Aquilino Morelle compare deux figures tout à fait opposées. Patrick Stefanini se plonge dans une histoire compliquée avec Alain Juppé. Bernard Cazeneuve explique pourquoi il est resté loyal à François Hollande. Sylvain Fort livre une vision sans fard des liens humains en  politique et Anne Hommel raconte, pour la première fois, son long cheminement auprès de  Dominique Strauss-Kahn et ce qu’il en reste. 
Un livre sur l’amitié vire-t-il parfois à un livre sur l’inimitié ? Les amitiés sont des histoires qui comportent ruptures, malentendus, trahisons, réconciliations.  Aussi le récit possède-t-il ses  fantômes (Dominique Strauss-Kahn), ses figures de référence (François Mitterrand et Lionel Jospin), ses absents (Jérôme Cahuzac). L’amitié achoppe sur deux écueils omniprésents en politique : la  hiérarchie et la rivalité. L’amitié entre Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin survivra-t-elle à la compétition de leurs ambitions ? L’amitié entre Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux est-elle un exemple de pure loyauté ou un simple lien de  subordination ? 
Marie-Laure Delorme a choisi la forme du portrait car nos amis sont un reflet de nous-mêmes.  Elle a rencontré, pour des témoignages inédits, François Hollande,  Edouard Philippe, Brice Hortefeux, Sylvain Fort, Marielle de Sarnez, François Bayrou, Patrick Stefanini, Pierre Moscovici,  Bruno Le Maire, Bernard  Cazeneuve, Gilles Boyer, Anne Hommel,  Sébastien Lecornu, Aquilino Morelle. « J’ai tenté de montrer que nos décisions quant au juste et à l’injuste dépendront de quelle compagnie nous choisissons, de ceux avec qui nous  souhaitons passer notre vie  », écrit Hannah Arendt.  L’amitié est un choix, une élection, une affinité. Nos amitiés sont de chair et non de papier. Elles nous engagent dans le monde. Avec qui voulons-nous  vivre ?

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Parce ce que c'était lui Parce ce que c'était moi”

Fiche technique

Résumé

L’amitié en politique existe-t-elle ? Nombreux sont ceux qui en doutent. Que reste-t-il du  désintéressement et de la permanence au pays des rivalités et des revirements sans frein ? Etudier l’amitié en politique revient à se pencher sur un sentiment pur dans un monde impur. Mais l’amitié, ce lien rare, ce mot galvaudé, possède ses parts d’ombre et la politique ses accès de sincérité. L’amitié n’est ni le  compagnonnage, ni la  camaraderie, ni la sympathie, ni la  fraternité, ni le copinage. C’est en revanche un sentiment totalement tourné vers l’autre, comme devrait l’être la politique. Il semblait logique de passer de l’autre côté de l’image publique et de demander à des hommes et des femmes politiques de  livrer leur vision de l’amitié et leur version d’une amitié. Ainsi Edouard Philippe explique pourquoi il tient l’amitié en politique en haute considération. Pierre Moscovici raconte une amitié loyale, une autre trahie, une dernière inexistante.  François Hollande revient sur ses liens avec ses premiers ministres. Bruno Le Maire analyse pourquoi l’amitié en  politique mène inexorablement à des blessures.  Aquilino Morelle compare deux figures tout à fait opposées. Patrick Stefanini se plonge dans une histoire compliquée avec Alain Juppé. Bernard Cazeneuve explique pourquoi il est resté loyal à François Hollande. Sylvain Fort livre une vision sans fard des liens humains en  politique et Anne Hommel raconte, pour la première fois, son long cheminement auprès de  Dominique Strauss-Kahn et ce qu’il en reste. 
Un livre sur l’amitié vire-t-il parfois à un livre sur l’inimitié ? Les amitiés sont des histoires qui comportent ruptures, malentendus, trahisons, réconciliations.  Aussi le récit possède-t-il ses  fantômes (Dominique Strauss-Kahn), ses figures de référence (François Mitterrand et Lionel Jospin), ses absents (Jérôme Cahuzac). L’amitié achoppe sur deux écueils omniprésents en politique : la  hiérarchie et la rivalité. L’amitié entre Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin survivra-t-elle à la compétition de leurs ambitions ? L’amitié entre Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux est-elle un exemple de pure loyauté ou un simple lien de  subordination ? 
Marie-Laure Delorme a choisi la forme du portrait car nos amis sont un reflet de nous-mêmes.  Elle a rencontré, pour des témoignages inédits, François Hollande,  Edouard Philippe, Brice Hortefeux, Sylvain Fort, Marielle de Sarnez, François Bayrou, Patrick Stefanini, Pierre Moscovici,  Bruno Le Maire, Bernard  Cazeneuve, Gilles Boyer, Anne Hommel,  Sébastien Lecornu, Aquilino Morelle. « J’ai tenté de montrer que nos décisions quant au juste et à l’injuste dépendront de quelle compagnie nous choisissons, de ceux avec qui nous  souhaitons passer notre vie  », écrit Hannah Arendt.  L’amitié est un choix, une élection, une affinité. Nos amitiés sont de chair et non de papier. Elles nous engagent dans le monde. Avec qui voulons-nous  vivre ?

Biographie de Marie-Laure Delorme

Marie-Laure Delorme a écrit Les Allées du pouvoir (Seuil, 2011) sur l’ENA et De bons élèves (Stock, 2015) sur l'Ecole Normale Supérieure. Elle dirige la rubrique littéraire du Journal du dimanche. Elle a reçu le prix Hennessy de la critique littéraire et le prix Louis-Hachette du journalisme.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire