Votre compte

Partigia. Primo Levi, la Résistance et la mémoire


"Nous avions faim et froid, nous étions les partisans les plus désarmés du Piémont et, probablement, les plus démunis […] Nous manquions d’hommes capables, et étions au contraire submergés par un déluge de gens disqualifiés, de bonne foi et de mauvaise foi, qui arrivaient de la plaine à la recherche d’une organisation inexistante." Ces quelques lignes du Système périodique révèlent un Primo Levi à la fois peu disert et très sévère sur les trois mois qu’il passa dans le maquis, à l’automne 1943. La chute était logique et plus encore, "conforme à la justice" : "Nous nous étions trouvés obligés en conscience d’exécuter une condamnation et nous l’avions fait, mais nous en étions sortis démolis, démoralisés, désireux de voir tout finir et de finir nous-mêmes." Les deux résistants exécutés pour espionnage étaient innocents ; aujourd’hui, leur souvenir est entretenu comme "victimes du fascisme" sur le monument commémoratif à Turin. Le vrai mouchard sera condamné à la Libération, sur la base notamment du témoignage de Primo Levi, de retour d'Auschwitz. Levi avait échappé, le jour de son arrestation le 13 décembre 1943, à l’exécution immédiate en se déclarant juif et non pas partisan. Tout l’enjeu de l’éblouissante réflexion de Sergio Luzzatto est de nous restituer la tension entre deux martyrologes, celui de la Résistance et celui de la déportation. Cette tension traversait l’existence de Primo Levi, quand il dénonçait tantôt au nom de son expérience de partisan les remontées néofascistes ou, au nom des déportés raciaux, les offensives du négationnisme contre les camps de la mort. Une fois encore, l’historien nous conduit fortement sur son territoire de prédilection : comment une démocratie peut-elle célébrer unanimement ceux qui la sauvèrent grâce au dissensus ?

Ce livre est classé dans les catégories :

18,99 €
?

Version papier

26,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Partigia. Primo Levi, la Résistance et la mémoire”

Fiche technique

Résumé

"Nous avions faim et froid, nous étions les partisans les plus désarmés du Piémont et, probablement, les plus démunis […] Nous manquions d’hommes capables, et étions au contraire submergés par un déluge de gens disqualifiés, de bonne foi et de mauvaise foi, qui arrivaient de la plaine à la recherche d’une organisation inexistante." Ces quelques lignes du Système périodique révèlent un Primo Levi à la fois peu disert et très sévère sur les trois mois qu’il passa dans le maquis, à l’automne 1943. La chute était logique et plus encore, "conforme à la justice" : "Nous nous étions trouvés obligés en conscience d’exécuter une condamnation et nous l’avions fait, mais nous en étions sortis démolis, démoralisés, désireux de voir tout finir et de finir nous-mêmes." Les deux résistants exécutés pour espionnage étaient innocents ; aujourd’hui, leur souvenir est entretenu comme "victimes du fascisme" sur le monument commémoratif à Turin. Le vrai mouchard sera condamné à la Libération, sur la base notamment du témoignage de Primo Levi, de retour d'Auschwitz. Levi avait échappé, le jour de son arrestation le 13 décembre 1943, à l’exécution immédiate en se déclarant juif et non pas partisan. Tout l’enjeu de l’éblouissante réflexion de Sergio Luzzatto est de nous restituer la tension entre deux martyrologes, celui de la Résistance et celui de la déportation. Cette tension traversait l’existence de Primo Levi, quand il dénonçait tantôt au nom de son expérience de partisan les remontées néofascistes ou, au nom des déportés raciaux, les offensives du négationnisme contre les camps de la mort. Une fois encore, l’historien nous conduit fortement sur son territoire de prédilection : comment une démocratie peut-elle célébrer unanimement ceux qui la sauvèrent grâce au dissensus ?

Biographie de Sergio Luzzatto

L’édition française comportera une Postface inédite de l’Auteur qui reviendra sur les enjeux historiographiques et mémoriels de l’accueil et du débat suscité par cet ouvrage en Italie. Sergio Luzzatto est un des historiens contemporains les plus doués et inventifs. Le lecteur français peut lire de lui Padre Pio. Miracles et politique à l’âge laïc (Gallimard, 2013) et Le corps du Duce. Essai sur la sortie du fascisme (Gallimard, 2014).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire