Votre compte

Paul Féval, romancier populaire


Paul Féval (né à Rennes en 1816 et mort à Paris en 1897), dont les œuvres furent rapidement célèbres dans toute l'Europe, est particulièrement représentatif des grands feuilletonistes et romanciers populaires du 19e siècle. Sources folkloriques, épisodes de l'histoire de France ou de Bretagne, faits divers, questions sociales et problèmes politiques stimulent une imagination brillante et fantastique un sens aigu de l'action à rebondissements, un goût marqué du dialogue théâtral, une verve satirique souvent féroce. À côté des figures légendaires de Lagardère, de Philippe de Gonzague, de Cocardasse et Passepoil (Le Bossu, 1857), bien d'autres personnages, héroïques, odieux ou drôles, font vivre ses romans « bretons » (La Fée des Grêves, 1850), ses feuilletons à connotations politiques et sociales (Les Mystères de Londres, 1844), ses romans d'aventures criminelles (Les Habits noirs, 1863-1875) ou ses récits fantastiques parodiques (La Ville-Vampire, 1874). Les études rassemblées ici mettent en valeur la richesse, la diversité, mais aussi l'ambiguïté idéologique de l'œuvre févalienne et d'un genre injustement négligé : le roman populaire. Elles les replacent dans les enjeux sociaux de leur époque. Elles montrent enfin que l'analyse des littératures non reconnues permet de mieux percevoir le fonctionnement des grandes œuvres.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Paul Féval, romancier populaire”

Fiche technique

Résumé

Paul Féval (né à Rennes en 1816 et mort à Paris en 1897), dont les œuvres furent rapidement célèbres dans toute l'Europe, est particulièrement représentatif des grands feuilletonistes et romanciers populaires du 19e siècle. Sources folkloriques, épisodes de l'histoire de France ou de Bretagne, faits divers, questions sociales et problèmes politiques stimulent une imagination brillante et fantastique un sens aigu de l'action à rebondissements, un goût marqué du dialogue théâtral, une verve satirique souvent féroce. À côté des figures légendaires de Lagardère, de Philippe de Gonzague, de Cocardasse et Passepoil (Le Bossu, 1857), bien d'autres personnages, héroïques, odieux ou drôles, font vivre ses romans « bretons » (La Fée des Grêves, 1850), ses feuilletons à connotations politiques et sociales (Les Mystères de Londres, 1844), ses romans d'aventures criminelles (Les Habits noirs, 1863-1875) ou ses récits fantastiques parodiques (La Ville-Vampire, 1874). Les études rassemblées ici mettent en valeur la richesse, la diversité, mais aussi l'ambiguïté idéologique de l'œuvre févalienne et d'un genre injustement négligé : le roman populaire. Elles les replacent dans les enjeux sociaux de leur époque. Elles montrent enfin que l'analyse des littératures non reconnues permet de mieux percevoir le fonctionnement des grandes œuvres.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire