Votre compte

Petits poèmes en prose


Les Petits poèmes en prose est un cas curieux dans la littérature française. Celui d’une œuvre “journalisitique”. Entendons bien : Baudelaire le poète-journaliste, lui dont la grande majorité des pièces poétiques qui composent Le Spleen de Paris fut publiée dans l’organe de presse grand public La Presse, entre 1855 et 1864. Imaginez un peu Renée Char dans Paris-Match...

Conséquence : la tension quasi palpable entre une esthétique du feuillton, de l’épisode, de l’imagette, de la miniature et d’un autre côté, une sorte de haine consommée pour le “grand journal”, où Baudelaire se retrouve bien souvent en “rez-de-chaussée”, à côté des chiens écrasés.
Et c’est comme cela qu’il faut lire Le Spleen de Paris. Un beau fruit pendu à l’arbre de la laideur. Un tableau d’immondes merveilles, où la cruauté du dandy frappe sans relâche la modernité d’une société qui ne cesse de s’enorgueillir de ses “progrès”, de son degré de culture, de son idéalisme. Ainsi dans le Miroir, la démocratie subit-elle une attaque frontale, et avec elle, les droits de l’homme, cet universel que si peu de poètes ont osé contester depuis.

On est bien loin du Baudelaire-révolutionnaire tant vanté par Walter Benjamin, en rouge et noir, le poing fermé, levé vers l’avenir, pour le peuple. Et qui fait surface dans les années 70 aux Etats-Unis. Le Baudelaire des ballades en prose est agressif certes. Mais ce qui le fait vomir, c’est le fraternalisme tendance. Le socialisme fashion. A l’image de son antithèse et éditeur : Arsène Houssaye. Le poète arrivé, enrichi par des spéculations immobilières, qui se fit construire un hôtel particuler non loin du Parc Monceau. Et qui dans son Vitrier s’élance la tête la première dans le charitable et le généreux : les pauvres ont un salut... dans la fraternité des classes.

La présente édition reproduit l’édition posthume de 1869, chez Michel Lévy Frères.

Ce livre s’adresse aux lecteurs du Baudelaire de gauche, moderniste, progressiste, partagiste... Baudelaire l’anti-moderne.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,99 €
?

Version papier

3,50 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Petits poèmes en prose”

Fiche technique

Résumé

Les Petits poèmes en prose est un cas curieux dans la littérature française. Celui d’une œuvre “journalisitique”. Entendons bien : Baudelaire le poète-journaliste, lui dont la grande majorité des pièces poétiques qui composent Le Spleen de Paris fut publiée dans l’organe de presse grand public La Presse, entre 1855 et 1864. Imaginez un peu Renée Char dans Paris-Match...

Conséquence : la tension quasi palpable entre une esthétique du feuillton, de l’épisode, de l’imagette, de la miniature et d’un autre côté, une sorte de haine consommée pour le “grand journal”, où Baudelaire se retrouve bien souvent en “rez-de-chaussée”, à côté des chiens écrasés.
Et c’est comme cela qu’il faut lire Le Spleen de Paris. Un beau fruit pendu à l’arbre de la laideur. Un tableau d’immondes merveilles, où la cruauté du dandy frappe sans relâche la modernité d’une société qui ne cesse de s’enorgueillir de ses “progrès”, de son degré de culture, de son idéalisme. Ainsi dans le Miroir, la démocratie subit-elle une attaque frontale, et avec elle, les droits de l’homme, cet universel que si peu de poètes ont osé contester depuis.

On est bien loin du Baudelaire-révolutionnaire tant vanté par Walter Benjamin, en rouge et noir, le poing fermé, levé vers l’avenir, pour le peuple. Et qui fait surface dans les années 70 aux Etats-Unis. Le Baudelaire des ballades en prose est agressif certes. Mais ce qui le fait vomir, c’est le fraternalisme tendance. Le socialisme fashion. A l’image de son antithèse et éditeur : Arsène Houssaye. Le poète arrivé, enrichi par des spéculations immobilières, qui se fit construire un hôtel particuler non loin du Parc Monceau. Et qui dans son Vitrier s’élance la tête la première dans le charitable et le généreux : les pauvres ont un salut... dans la fraternité des classes.

La présente édition reproduit l’édition posthume de 1869, chez Michel Lévy Frères.

Ce livre s’adresse aux lecteurs du Baudelaire de gauche, moderniste, progressiste, partagiste... Baudelaire l’anti-moderne.

Biographie de Charles Baudelaire

L’auteur des Fleurs du mal (1821-1867) a laissé très peu de livres. Ce volume est un émouvant exemple pour sa période de jeunesse.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire