Votre compte

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme


Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, est un auteur mal connu et méconnu. Le second volume de son recueil des Dames (dites galantes par son premier éditeur, non par lui) a connu un succès durable et gagné une réputation de gaillardise: certains y voient aujourd'hui le rapport Kinsey du XVIe siècle. Que Brantôme ait été abbé (mais abbé " commendataire ", c'est-à-dire bénéficiaire, sans appartenir à l'Eglise) apporte un piment supplémentaire à ce titre déjà suggestif.

Ce gentilhomme d'une vieille famille périgourdine fut d'abord un homme d'épée. Il parcourut l'Europe en quête de gloire, de guerre et d'aventure, et côtoya les chefs les plus prestigieux. Courtisan lors des entractes de paix, ami de Ronsard, épris de littérature et de poésie, il approcha les rois et plus encore les reines, sans parvenir à s'illustrer vraiment ni même à se marier. Après sa rupture avec Henri III, un accident de cheval le laissa à demi infirme et le contraignit à se retirer en Périgord. Une nouvelle vie _ une nouvelle carrière _ s'ouvrait pour lui: Brantôme devint alors écrivain et le resta pendant trente ans.

Au fil de plus de quatre mille pages (dix volumes), il évoque, à l'aide de ses souvenirs, le visage de la société aristocratique et de la cour des Valois durant la période noire des guerres de Religion. Sur arrière-fond de massacres et de batailles défilent en grand nombre ceux dont il a conté la vie: gentilshommes des Rodomontades, du Traité sur les duels, des Retraites de guerre, Colonels de l'infanterie de France et soldats, Capitaines français et Capitaines étrangers, princesses de la Renaissance, Dames galantes et Dames illustres (qui sont parfois les mêmes). Au milieu des sièges et des combats, des fêtes de cour et des palais, revit une société riche en contrastes, à la fois violente et raffinée.

Madeleine Lazard est professeur émérite de littérature française à l'université de la Sorbonne nouvelle (Paris III). Présidente honoraire de la Société d'études du XVIe siècle et présidente de la Société internationale des amis de Montaigne, elle est l'auteur de divers ouvrages et d'articles concernant la littérature de la Renaissance, notamment le théâtre, Rabelais, les femmes du XVIe siècle et les mémorialistes.

Ce livre est classé dans les catégories :

15,99 €
?

Version papier

25,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme”

Fiche technique

Résumé

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, est un auteur mal connu et méconnu. Le second volume de son recueil des Dames (dites galantes par son premier éditeur, non par lui) a connu un succès durable et gagné une réputation de gaillardise: certains y voient aujourd'hui le rapport Kinsey du XVIe siècle. Que Brantôme ait été abbé (mais abbé " commendataire ", c'est-à-dire bénéficiaire, sans appartenir à l'Eglise) apporte un piment supplémentaire à ce titre déjà suggestif.

Ce gentilhomme d'une vieille famille périgourdine fut d'abord un homme d'épée. Il parcourut l'Europe en quête de gloire, de guerre et d'aventure, et côtoya les chefs les plus prestigieux. Courtisan lors des entractes de paix, ami de Ronsard, épris de littérature et de poésie, il approcha les rois et plus encore les reines, sans parvenir à s'illustrer vraiment ni même à se marier. Après sa rupture avec Henri III, un accident de cheval le laissa à demi infirme et le contraignit à se retirer en Périgord. Une nouvelle vie _ une nouvelle carrière _ s'ouvrait pour lui: Brantôme devint alors écrivain et le resta pendant trente ans.

Au fil de plus de quatre mille pages (dix volumes), il évoque, à l'aide de ses souvenirs, le visage de la société aristocratique et de la cour des Valois durant la période noire des guerres de Religion. Sur arrière-fond de massacres et de batailles défilent en grand nombre ceux dont il a conté la vie: gentilshommes des Rodomontades, du Traité sur les duels, des Retraites de guerre, Colonels de l'infanterie de France et soldats, Capitaines français et Capitaines étrangers, princesses de la Renaissance, Dames galantes et Dames illustres (qui sont parfois les mêmes). Au milieu des sièges et des combats, des fêtes de cour et des palais, revit une société riche en contrastes, à la fois violente et raffinée.

Madeleine Lazard est professeur émérite de littérature française à l'université de la Sorbonne nouvelle (Paris III). Présidente honoraire de la Société d'études du XVIe siècle et présidente de la Société internationale des amis de Montaigne, elle est l'auteur de divers ouvrages et d'articles concernant la littérature de la Renaissance, notamment le théâtre, Rabelais, les femmes du XVIe siècle et les mémorialistes.

Biographie de Madeleine Lazard

Agrégée de lettres classiques et docteur d'État ès lettres, Madeleine Lazard a été assistant puis maître-assistant à l'université de Paris-IV, avant de devenir professeur à Paris III. Elle a par ailleurs enseigné à la faculté des Beaux-Arts à Téhéran (de 1949 à 1951) ainsi qu'à l'université de Californie à Los Angeles (en 1961-1962).   Elle est présidente honoraire de la Société française d'étude du XVIe siècle, présidente honoraire de la Société internationale des amis de Montaigne. Elle est chevalier des Arts et Lettres, officier des Palmes académiques, et citoyenne d'honneur de la ville de Brantôme.   Madeleine Lazard est l'auteur de nombreux ouvrages, dont : Pantagruel, Gargantua (Hachette, 1977 ; nouvelle édition 1994) ; La Comédie humaniste et ses personnages (Puf, 1978) ; Rabelais et la Renaissance (Puf, 1979 ; traduction japonaise de l'ouvrage précédent, Tokyo, 1980) ; Le Théâtre en France au XVIe siècle (Puf, 1980) ; Autour des hymnes de Ronsard (études rassemblées par M.L. ; Champion, 1984) ; Images littéraires de la femme à la Renaissance (Puf, 1985) ; avec L. Zilli, Le Laquais de P. de Larivey (éditions Critique,1987) ; Les Tragiques d'Agrippa d'Aubigné (études rassemblées par M.-M. Fragonard et M.L. ; Champion, 1990) ; Michel de Montaigne (Fayard, 1992 ; prix d'Aumale de l'Institut de France décerné par l'Académie française, et prix du Cercle de l'Union interalliée ; 2e ed., Fayard, 2002) ; Rabelais l'humaniste (Hachette, 1993 ; 2e ed., sous le titre Rabelais, Hachette, 2002) ; avec J.Cubelier de Beynac, édition de Marguerite de France, reine de Navarre et son temps (Centre Matteo Bandello d'Agen, 1994) ; Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme (Fayard, 1995) ; Agrippa d'Aubigné (Fayard, 1998 ; prix Bordin de l'Académie des inscriptions et belles-lettres) ; Les Avenues de Fémynie. Les femmes et la Renaissance (Fayard, 2001 ; prix Marianne ; prix Mgr. Marcel de l'Académie française ; traduction roumaine de l'ouvrage précédent, Bucarest 2007) ; Louise Labé, Lyonnaise (Fayard, 2004) ; avec G.Schrenck, Registre-Journal du règne de Henri III, par Pierre de l'Estoile (éditions Critique, t.1, 1574-1575, 1992 ; t.2, 1576-1578, 1996 ; t.3, 1579-1581, 1997 ; t.4, 1582-1584, 2000 ; t.5, 1585-1587, 2001 ; t.6, 1588-1589, 2003, prix Saintour de l'Académie des inscriptions et belles-lettres).   Ses articles portent principalement sur la littérature française du XVIe siècle - le théâtre, l'histoire du spectacle, les femmes et la condition féminine, les moeurs, la médecine et l'éducation, les mémoires et récits de voyage ; voir le volume de « mélanges » offert à Madeleine Lazard : Joyeusement vivre et honnêtement penser (Champion, 2000).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire