Votre compte

Pour une politique de la psychanalyse


Lors du procès monté à Leipzig en 1933, le révolutionnaire bulgare Georges Dimitrov, l’un des dirigeants de l’Internationale Communiste, est accusé par les nazis de l’incendie du Reichstag. La machination s’effondre. L’accusé devient l’accusateur. Dimitrov ne joue pas le jeu de l’ordre juridique. Il développe une stratégie de détournement politique. Le prétoire n’est plus le centre d’une compétition, d’un « duel » ou le lieu d’une « preuve ». Ce prologue en forme de parabole introduit à la conception d’une politique de la psychanalyse dont l’enseignement lacanien est, en France, le seul fondement. A travers trois scissions (1953, 1964, 1968-1969), cet enseignement fait de paradoxes qui sont des contradictions, cherche à produire son histoire : celle des « erreurs » d’un mouvement, celle de la « vérité » d’une découverte. Avec le «  Mathème  », issu du séminaire de 1970 (« L’envers de la psychanalyse »), une tendance logicienne s’y fait jour qui risque de réinscrire la psychanalyse dans le champ des sciences humaines, du néo-positivisme et du discours psychiatrique. La réflexion ici proposée trouve son objet dans l’étude critique de ces positions. Elle se poursuit par l’analyse du mouvement anti-psychiatrique dont Maud Mannoni critique l’empirisme et dont Thomas Szasz, dès 1954, avait promu, aux U.S.A., le discours jusqu’à oublier l’essentiel de Freud, l’inconscient, en préférant le Droit à la Politique. Enfin, l’utopie pédagogique trouve ici une mise en cause à travers l’expérience de la poésie des enfants dans l’institution scolaire. La psychanalyse est une pratique. Elle met en œuvre une politique qui s’appuie sur la découverte de Freud : « Le moi n’est plus maître en sa demeure. » Une politique issue de sa propre recherche et que seules sa pratique et sa théorie mettent en situation dans la lutte des classes, à l’opposé d’une « politisation » commandée par le militantisme. E.R.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Pour une politique de la psychanalyse”

Fiche technique

Résumé

Lors du procès monté à Leipzig en 1933, le révolutionnaire bulgare Georges Dimitrov, l’un des dirigeants de l’Internationale Communiste, est accusé par les nazis de l’incendie du Reichstag. La machination s’effondre. L’accusé devient l’accusateur. Dimitrov ne joue pas le jeu de l’ordre juridique. Il développe une stratégie de détournement politique. Le prétoire n’est plus le centre d’une compétition, d’un « duel » ou le lieu d’une « preuve ». Ce prologue en forme de parabole introduit à la conception d’une politique de la psychanalyse dont l’enseignement lacanien est, en France, le seul fondement. A travers trois scissions (1953, 1964, 1968-1969), cet enseignement fait de paradoxes qui sont des contradictions, cherche à produire son histoire : celle des « erreurs » d’un mouvement, celle de la « vérité » d’une découverte. Avec le «  Mathème  », issu du séminaire de 1970 (« L’envers de la psychanalyse »), une tendance logicienne s’y fait jour qui risque de réinscrire la psychanalyse dans le champ des sciences humaines, du néo-positivisme et du discours psychiatrique. La réflexion ici proposée trouve son objet dans l’étude critique de ces positions. Elle se poursuit par l’analyse du mouvement anti-psychiatrique dont Maud Mannoni critique l’empirisme et dont Thomas Szasz, dès 1954, avait promu, aux U.S.A., le discours jusqu’à oublier l’essentiel de Freud, l’inconscient, en préférant le Droit à la Politique. Enfin, l’utopie pédagogique trouve ici une mise en cause à travers l’expérience de la poésie des enfants dans l’institution scolaire. La psychanalyse est une pratique. Elle met en œuvre une politique qui s’appuie sur la découverte de Freud : « Le moi n’est plus maître en sa demeure. » Une politique issue de sa propre recherche et que seules sa pratique et sa théorie mettent en situation dans la lutte des classes, à l’opposé d’une « politisation » commandée par le militantisme. E.R.

Biographie de Élisabeth Roudinesco

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire