Votre compte

Prémices et prémisses de la démocratie directe


Destiné à un public non spécialisé, ce livre utilise certains éléments philosophiques pour  montrer que le progrès technique et économique provoque la transformation de la république en démocratie ; les modalités de cette mutation centrale sont ici étudiées dans trois domaines : le travail, puis la communication et enfin le changement. La première partie établit que seul le système électoral freine le déclin des emplois peu qualifiés ; la révolution numérique à laquelle est dû ce déclin rend toutefois irrésistible le progrès des compétences qui promeut l’aptitude des citoyens à légiférer eux-mêmes. La seconde partie rappelle que la proportion de lauréats de l’enseignement supérieur vient de centupler en un siècle et manifeste que cette croissance intellectuelle est incompatible avec la crédulité qu’exige le discours républicain. La troisième partie observe que la perte d’homogénéité des situations sociales explique la paralysie du régime électif. Il est vrai qu’un régime paraît vite éternel et que le couvercle médiatique induit les citoyens à se sous-évaluer ; mais plus ce que les individus ont de commun devient partiel, plus l’accord de leurs intelligences particulières cesse de porter sur des programmes globaux et doit être recueilli point par point. La démocratie, qui n’existe que si elle est directe, n'est donc pas amenée à  advenir en tant que pouvoir populaire ; elle suppose au contraire que cet adjectif ne convienne plus à aucun groupe social.

Ce livre est classé dans les catégories :

1,49 €
?

Version papier

13,90 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Prémices et prémisses de la démocratie directe”

Fiche technique

Résumé

Destiné à un public non spécialisé, ce livre utilise certains éléments philosophiques pour  montrer que le progrès technique et économique provoque la transformation de la république en démocratie ; les modalités de cette mutation centrale sont ici étudiées dans trois domaines : le travail, puis la communication et enfin le changement. La première partie établit que seul le système électoral freine le déclin des emplois peu qualifiés ; la révolution numérique à laquelle est dû ce déclin rend toutefois irrésistible le progrès des compétences qui promeut l’aptitude des citoyens à légiférer eux-mêmes. La seconde partie rappelle que la proportion de lauréats de l’enseignement supérieur vient de centupler en un siècle et manifeste que cette croissance intellectuelle est incompatible avec la crédulité qu’exige le discours républicain. La troisième partie observe que la perte d’homogénéité des situations sociales explique la paralysie du régime électif. Il est vrai qu’un régime paraît vite éternel et que le couvercle médiatique induit les citoyens à se sous-évaluer ; mais plus ce que les individus ont de commun devient partiel, plus l’accord de leurs intelligences particulières cesse de porter sur des programmes globaux et doit être recueilli point par point. La démocratie, qui n’existe que si elle est directe, n'est donc pas amenée à  advenir en tant que pouvoir populaire ; elle suppose au contraire que cet adjectif ne convienne plus à aucun groupe social.

Biographie de François-Rémi LEGRAND

Agrégé et docteur en philosophie, professeur en classes préparatoires aux grandes écoles puis proviseur et ordonnateur d’un groupe d’établissements pour la formation continue, François-Rémi Legrand a réalisé de nombreuses conférences en entreprise ; celles-ci constituent une des sources de cet ouvrage.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire