Votre compte

Prenons parti.


Le capitalisme est malade. Les anticapitalistes ne sont plus les seuls à le diagnostiquer. Il y a encore quelques mois, les tenants du nouvel ordre mondial n'avaient pas de mots assez flatteurs pour vanter les mérites indépassables de l'économie de marché. Si c'est la soupe à la grimace pour tous ceux — patrons, banquiers et spéculateurs — qui ont vu leurs avoirs fondre comme neige au soleil, la situation est autrement dramatique pour nous, simples salariés. Le monde est entré en récession à l'automne 2008. Chacun sait, chez les travailleurs, les retraités, les chômeurs, au sein des familles, que des nuages noirs s'accumulent à l'horizon, et que nous allons payer la débâcle du système.
L'exaspération sociale gronde. Elle peut gronder plus fort encore à la base de la société. Au sommet, dans les sphères économiques et politiques, les stratèges du capitalisme ne sont pas d'accord entre eux. Mais le président Sarkozy et le Medef s'entendent à continuer leur casse sociale… Pour nous, pas d'hésitation : nous combattons le modèle défaillant de la contre-réforme néolibérale. 
Renverser le capitalisme, nous le voulons. Pour bâtir une nouvelle société, solidaire et réellement démocratique, nous sommes déterminés à ne plus subir, à nous regrouper et à prendre parti. 

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

20,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Prenons parti.”

Fiche technique

Résumé

Le capitalisme est malade. Les anticapitalistes ne sont plus les seuls à le diagnostiquer. Il y a encore quelques mois, les tenants du nouvel ordre mondial n'avaient pas de mots assez flatteurs pour vanter les mérites indépassables de l'économie de marché. Si c'est la soupe à la grimace pour tous ceux — patrons, banquiers et spéculateurs — qui ont vu leurs avoirs fondre comme neige au soleil, la situation est autrement dramatique pour nous, simples salariés. Le monde est entré en récession à l'automne 2008. Chacun sait, chez les travailleurs, les retraités, les chômeurs, au sein des familles, que des nuages noirs s'accumulent à l'horizon, et que nous allons payer la débâcle du système.
L'exaspération sociale gronde. Elle peut gronder plus fort encore à la base de la société. Au sommet, dans les sphères économiques et politiques, les stratèges du capitalisme ne sont pas d'accord entre eux. Mais le président Sarkozy et le Medef s'entendent à continuer leur casse sociale… Pour nous, pas d'hésitation : nous combattons le modèle défaillant de la contre-réforme néolibérale. 
Renverser le capitalisme, nous le voulons. Pour bâtir une nouvelle société, solidaire et réellement démocratique, nous sommes déterminés à ne plus subir, à nous regrouper et à prendre parti. 

Biographie de Daniel Bensaïd

Ancien élève de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud, Daniel Bensaïd est philosophe et enseigne à l'Université de Paris VIII. Il a participé au mouvement de Mai 68 alors qu'il était étudiant à l'Université de Nanterre en militant dans la Jeunesse communiste révolutionnaire. Dès la fusion, en 1969, entre la Jeunesse communiste révolutionnaire et le Parti communiste internationaliste, sous le nom de Ligue communiste, il fait partie de son bureau politique avec Alain Krivine et Henri Weber.Son influence, autant politique que théorique, en fait un acteur incontournable du communisme antistalinien et du mouvement trotskiste international.Spécialiste de Marx, il a publié Karl Marx - Les hiéroglyphes de la modernité (Textuel, 2001) et Marx l'intempestif : Grandeurs et misères d'une aventure critique (XIXe, XXe siècles) (Fayard). Avec Alain Krivine, il vient de publier 1968 Fins et suites aux Nouvelles Editions Lignes. Il dirige la revue Contretemps et la collection La Discorde (Éditions Textuel).© Photo : Editions Fayard / Philippe Matsas / Opale Olivier Besancenot est porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et ancien candidat à l'élection présidentielle. Il est l'auteur de Révolution, 100 mots pour changer le monde (Flammarion, 2003). En 2007, il a publié Che Guevara, une braise qui brûle encore, avec Michael Löwy, aux Éditions Mille et une nuits, et On a voté... et après ?, Cherche Midi, 2012). 

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire