Votre compte

Quand la radio s'appelait "Tour Eiffel"

Jean Bellus (illustrator)

Pierre Descaves (series_edited_by)


En quête des « ancêtres » de la Radio, Pierre Descaves s’est arrêté à ces « pionniers », il s’agit de la première équipe qui, entre les années 1924-1927, rédigea le premier journal par « Téhessef », c’est-à-dire le Journal parlé. A ces véritables découvreurs des ondes, l’autorité militaire avait concédé, fin 1923, sous le pilier Nord de la Tour Eiffel un local, promu « studio », un assez minable débarras, baptisé « La Guitoune » par les collaborateurs de Maurice Privat et où bientôt se pressa un Tout-Paris, plus curieux que convaincu. A ses propres Souvenirs, Pierre Descaves s’est réservé une place dans la collection qu’il dirige à La Table Ronde : « Quelques pas en arrière ». Leur titre : Quand la Radio s’appelait « Tour Eiffel » en limite la durée, et restitue avec pittoresque le personnel... et les clients (les futurs « chers z’auditeurs ») de cette forme jusque-là inédite d’information et de commentaires. Avec une exubérance toute méridionale, Maurice Privat animait cette équipe. Personnage étonnant, de courtaude nature, et très vif-argent, toujours en avance d’une idée et à la traîne d’un paiement, et que le mémorialiste évoque avec sympathie. Un jour Pierre Descaves lui disait : « Privât, tu ressembles à Balzac », l’autre de répondre : « Oui... J’ai toutes ses dettes ». En guise de mise au point, le moment est venu de rendre hommage à ce « pionnier », surtout lorsque d’abusifs usurpateurs réclament la gloire de sa « découverte ». Quand la Radio s’appelait « Tour Eiffel » : livre bouillonnant de vie et d’anecdotes : Cet Académicien qui ne pouvait pas parler devant le micro sans avoir sucé des boules de gomme ; l’interview du chien de l’assassin ; le fameux « cours des cuirs ». Autant d’évocations pleines d’humour qui font revivre la « belle époque » de la Radio, cette tisseuse d’ondes, quand elle osait balbutier son nom.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Quand la radio s'appelait "Tour Eiffel"”

Fiche technique

Résumé

En quête des « ancêtres » de la Radio, Pierre Descaves s’est arrêté à ces « pionniers », il s’agit de la première équipe qui, entre les années 1924-1927, rédigea le premier journal par « Téhessef », c’est-à-dire le Journal parlé. A ces véritables découvreurs des ondes, l’autorité militaire avait concédé, fin 1923, sous le pilier Nord de la Tour Eiffel un local, promu « studio », un assez minable débarras, baptisé « La Guitoune » par les collaborateurs de Maurice Privat et où bientôt se pressa un Tout-Paris, plus curieux que convaincu. A ses propres Souvenirs, Pierre Descaves s’est réservé une place dans la collection qu’il dirige à La Table Ronde : « Quelques pas en arrière ». Leur titre : Quand la Radio s’appelait « Tour Eiffel » en limite la durée, et restitue avec pittoresque le personnel... et les clients (les futurs « chers z’auditeurs ») de cette forme jusque-là inédite d’information et de commentaires. Avec une exubérance toute méridionale, Maurice Privat animait cette équipe. Personnage étonnant, de courtaude nature, et très vif-argent, toujours en avance d’une idée et à la traîne d’un paiement, et que le mémorialiste évoque avec sympathie. Un jour Pierre Descaves lui disait : « Privât, tu ressembles à Balzac », l’autre de répondre : « Oui... J’ai toutes ses dettes ». En guise de mise au point, le moment est venu de rendre hommage à ce « pionnier », surtout lorsque d’abusifs usurpateurs réclament la gloire de sa « découverte ». Quand la Radio s’appelait « Tour Eiffel » : livre bouillonnant de vie et d’anecdotes : Cet Académicien qui ne pouvait pas parler devant le micro sans avoir sucé des boules de gomme ; l’interview du chien de l’assassin ; le fameux « cours des cuirs ». Autant d’évocations pleines d’humour qui font revivre la « belle époque » de la Radio, cette tisseuse d’ondes, quand elle osait balbutier son nom.

Biographie de Pierre Descaves

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire