Votre compte

Regrets sur ma vieille robe de chambre ou Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune


L'écrivain avait rendu un service signalé à Marie-Thérèse Geoffrin, fameuse par le salon littéraire qu'elle tint avec tant de distinction. Pour lui témoigner sa reconnaissance, elle fit un jour déménager tous les pauvres meubles du philosophe et les remplaça par d'autres qui, quoique plus beaux et meilleurs, ne méritaient pas cependant, parait-il, un éloge si pompeux. Le lecteur remarquera une admirable appréciation du talent du peintre Vernet.
Le texte a parfois été considéré comme une introduction au Salon de 1769. À plus grande échelle, ce petit texte, écrit sur un ton ironique, est prétexte à une réflexion douce-amère sur le destin des philosophes face à la prospérité et les compromis auxquels l'intellectuel vieillissant peut, l'âge aidant, se laisser aller.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Regrets sur ma vieille robe de chambre ou Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune”

Fiche technique

Résumé

L'écrivain avait rendu un service signalé à Marie-Thérèse Geoffrin, fameuse par le salon littéraire qu'elle tint avec tant de distinction. Pour lui témoigner sa reconnaissance, elle fit un jour déménager tous les pauvres meubles du philosophe et les remplaça par d'autres qui, quoique plus beaux et meilleurs, ne méritaient pas cependant, parait-il, un éloge si pompeux. Le lecteur remarquera une admirable appréciation du talent du peintre Vernet.
Le texte a parfois été considéré comme une introduction au Salon de 1769. À plus grande échelle, ce petit texte, écrit sur un ton ironique, est prétexte à une réflexion douce-amère sur le destin des philosophes face à la prospérité et les compromis auxquels l'intellectuel vieillissant peut, l'âge aidant, se laisser aller.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire