Votre compte

Reprendre le contrôle de la dette

Laurent Bury (translator)

Gaël Giraud (preface_by)


Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides... Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Pourquoi évoque-t-on la dette des États, mais jamais le surendettement, tout aussi préoccupant, du secteur privé ?
Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Homme du sérail, économiste et financier, il devient président de l’Autorité des services financiers britannique quatre jours après la faillite de Lehman Brothers. « Je croyais comprendre les risques du système financier mais, sur certains points essentiels, je me trompais. »
Pour Turner, la croissance démesurée de la dette peut être considérée comme une forme de pollution économique illustrée par la spéculation immobilière et générée par un libéralisme économico-financier dont il pourfend l’irresponsabilité. Dès lors, des mesures beaucoup plus fermes doivent être prises pour que les États reprennent le contrôle de la dette : séparer les activités de marché des banques et les activités de dépôt, exiger que leurs actionnaires les recapitalisent à hauteur suffisante, contrôler les mouvements
de capitaux. C’est à ce prix que le monde sortira du marasme économique dans lequel il est plongé. « En 2008, j’étais loin de me douter que je formulerais un jour de telles propositions », indique Lord Adair Turner.
Son livre et sa postface à l’édition française sonnent comme un avertissement : si nous ne tirons pas les leçons des erreurs passées, les électeurs se tourneront vers les politiques « anti-élites » et « la victoire populiste de Donald Trump sera suivie de beaucoup d’autres ».


« Reprendre le contrôle de la dette marque une avancée majeure de l’économie monétaire, qui aura de profondes implications pour la réforme des politiques économiques. »
Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d’économie


« L’audace des propositions de Turner contraste avec bonheur avec la timidité de tout ce qui a pu être proposé jusqu’à ce jour par le sérail financier occidental. »
Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD)

Lord Adair Turner, ancien dirigeant européen d’une banque américaine, a présidé l’Autorité des services financiers britannique de 2008 à 2013. Ancien directeur général de la Confédération de l’industrie britannique, et ancien président du Comité britannique sur le changement climatique, il est actuellement président de l’Institut pour une nouvelle pensée économique (Inet) et président de la Commission pour les transitions énergétiques.


Gaël Giraud est chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD) depuis janvier 2015. Directeur de recherche au CNRS, directeur de la chaire Énergie et prospérité, il est l’auteur de plusieurs essais parmi lesquels Illusion financière (Éditions de l’Atelier, nouvelle édition, 2015).


Traduit de l’anglais par Laurent Bury
Relecture scientifique par Mireille Martini

Ce livre est classé dans les catégories :

15,99 €
?

Version papier

25,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Reprendre le contrôle de la dette”

Fiche technique

Résumé

Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides... Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Pourquoi évoque-t-on la dette des États, mais jamais le surendettement, tout aussi préoccupant, du secteur privé ?
Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Homme du sérail, économiste et financier, il devient président de l’Autorité des services financiers britannique quatre jours après la faillite de Lehman Brothers. « Je croyais comprendre les risques du système financier mais, sur certains points essentiels, je me trompais. »
Pour Turner, la croissance démesurée de la dette peut être considérée comme une forme de pollution économique illustrée par la spéculation immobilière et générée par un libéralisme économico-financier dont il pourfend l’irresponsabilité. Dès lors, des mesures beaucoup plus fermes doivent être prises pour que les États reprennent le contrôle de la dette : séparer les activités de marché des banques et les activités de dépôt, exiger que leurs actionnaires les recapitalisent à hauteur suffisante, contrôler les mouvements
de capitaux. C’est à ce prix que le monde sortira du marasme économique dans lequel il est plongé. « En 2008, j’étais loin de me douter que je formulerais un jour de telles propositions », indique Lord Adair Turner.
Son livre et sa postface à l’édition française sonnent comme un avertissement : si nous ne tirons pas les leçons des erreurs passées, les électeurs se tourneront vers les politiques « anti-élites » et « la victoire populiste de Donald Trump sera suivie de beaucoup d’autres ».


« Reprendre le contrôle de la dette marque une avancée majeure de l’économie monétaire, qui aura de profondes implications pour la réforme des politiques économiques. »
Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d’économie


« L’audace des propositions de Turner contraste avec bonheur avec la timidité de tout ce qui a pu être proposé jusqu’à ce jour par le sérail financier occidental. »
Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD)

Lord Adair Turner, ancien dirigeant européen d’une banque américaine, a présidé l’Autorité des services financiers britannique de 2008 à 2013. Ancien directeur général de la Confédération de l’industrie britannique, et ancien président du Comité britannique sur le changement climatique, il est actuellement président de l’Institut pour une nouvelle pensée économique (Inet) et président de la Commission pour les transitions énergétiques.


Gaël Giraud est chef économiste de l’Agence Française de Développement (AFD) depuis janvier 2015. Directeur de recherche au CNRS, directeur de la chaire Énergie et prospérité, il est l’auteur de plusieurs essais parmi lesquels Illusion financière (Éditions de l’Atelier, nouvelle édition, 2015).


Traduit de l’anglais par Laurent Bury
Relecture scientifique par Mireille Martini

Biographie de Lord Adair Turner

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire