Votre compte

Retour au noir


Les images – films et photographies – prises à la libération des camps d’extermination nazis, ont bouleversé notre relation à l’image en général. Elles ont constitué les preuves de ce à quoi il eût été impossible de croire sans elles. Dans Nuit et Brouillard, Alain Resnais en fait un usage exemplaire. Plus problématique est l’évocation de la Shoah dans les films de fiction inévitablement marqués par une mise en scène artistique de l’horreur, laquelle a toujours suscité de sévères critiques. C’est pourquoi l’accueil unanimement enthousiaste du film de Laszlo Nemes, Le Fils de Saul, qui s’expose aux mêmes reproches que La Liste de Schindler ou La vie est belle peut être interprété comme un symptôme. Un verrouillage théorique a été imposé au public, ralliant des personnalités concernées par le sujet, habituellement en désaccord. Si Le Fils de Saul est considéré comme le chef-d’œuvre sur Auschwitz, faut-il comprendre qu’il est temps de s’intéresser à d’autres sujets et que la Shoah est enfin passée de l’Histoire à l’histoire de l’art ?   Écrivain, cinéaste, plasticien, Alain Fleischer a publié plusieurs de ses romans, nouvelles et pièces de théâtre aux Éditions Léo Scheer, ainsi qu’une monographie consacrée à son œuvre d’artiste, La Vitesse d’évasion (2003). 

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
?

Version papier

16,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Retour au noir”

Fiche technique

Résumé

Les images – films et photographies – prises à la libération des camps d’extermination nazis, ont bouleversé notre relation à l’image en général. Elles ont constitué les preuves de ce à quoi il eût été impossible de croire sans elles. Dans Nuit et Brouillard, Alain Resnais en fait un usage exemplaire. Plus problématique est l’évocation de la Shoah dans les films de fiction inévitablement marqués par une mise en scène artistique de l’horreur, laquelle a toujours suscité de sévères critiques. C’est pourquoi l’accueil unanimement enthousiaste du film de Laszlo Nemes, Le Fils de Saul, qui s’expose aux mêmes reproches que La Liste de Schindler ou La vie est belle peut être interprété comme un symptôme. Un verrouillage théorique a été imposé au public, ralliant des personnalités concernées par le sujet, habituellement en désaccord. Si Le Fils de Saul est considéré comme le chef-d’œuvre sur Auschwitz, faut-il comprendre qu’il est temps de s’intéresser à d’autres sujets et que la Shoah est enfin passée de l’Histoire à l’histoire de l’art ?   Écrivain, cinéaste, plasticien, Alain Fleischer a publié plusieurs de ses romans, nouvelles et pièces de théâtre aux Éditions Léo Scheer, ainsi qu’une monographie consacrée à son œuvre d’artiste, La Vitesse d’évasion (2003). 

Biographie de Fleischer Alain

Écrivain, cinéaste, plasticien, Alain Fleischer a publié plusieurs de ses romans, nouvelles et pièces de théâtre aux Éditions Léo Scheer, ainsi qu’une monographie consacrée à son œuvre d’artiste, La Vitesse d’évasion (2003).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire