Votre compte

Révolution et mensonge


En marge de ses grands romans, il y a des dizaines d’Écrits
politiques d’Alexandre Soljénitsyne. Ce recueil s’ouvre sur une lettre
publique, qui est l’axe de son oeuvre, le moteur de sa vie : pour résister,
il faut commencer par se réformer soi-même. Ce bref catéchisme du
résistant fut rédigé en février 1974, à la veille de la seconde arrestation
et de l’expulsion d’URSS de son auteur.
S’ensuivent les Leçons de Février (1983), inspirées par la lecture
d’une immense littérature sur la révolution de 1917 et par une amère
constatation : la monarchie russe, tricentenaire et encore populaire
en 1914, est tombée en trois jours. Faute de savoir penser vrai, parler
vrai ?
Pour terminer ce recueil, Deux révolutions : la française et la russe
(1984), est une réflexion inédite en français, où Soljénitsyne compare
le glissement vers mensonge et violence de ces deux révolutions.
Quatre ans pour la française, suivis du despotisme bonapartiste, avant
de repartir pour une deuxième circonvolution à l’identique. Sept mois
pour la russe, puis une longue dictature bolchevique sur presque la
moitié du globe. `
À l’occasion du centenaire de sa naissance et du dixième anniversaire
de sa mort, ces trois textes nous aident à comprendre le cheminement
de Soljénitsyne au travers du siècle des totalitarismes.
Alexandre Soljénitsyne (1918-2008) a obtenu le prix Nobel de
littérature en 1970. Déchu de sa nationalité en 1974 après la
parution en Occident de L'Archipel du Goulag, il fut expulsé d'URSS,
émigra aux États-Unis, où il acheva son long cycle historique consacré
à la révolution russe, La Roue rouge, avant de revenir en Russie vingt
ans plus tard
 

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Révolution et mensonge”

Fiche technique

Résumé

En marge de ses grands romans, il y a des dizaines d’Écrits
politiques d’Alexandre Soljénitsyne. Ce recueil s’ouvre sur une lettre
publique, qui est l’axe de son oeuvre, le moteur de sa vie : pour résister,
il faut commencer par se réformer soi-même. Ce bref catéchisme du
résistant fut rédigé en février 1974, à la veille de la seconde arrestation
et de l’expulsion d’URSS de son auteur.
S’ensuivent les Leçons de Février (1983), inspirées par la lecture
d’une immense littérature sur la révolution de 1917 et par une amère
constatation : la monarchie russe, tricentenaire et encore populaire
en 1914, est tombée en trois jours. Faute de savoir penser vrai, parler
vrai ?
Pour terminer ce recueil, Deux révolutions : la française et la russe
(1984), est une réflexion inédite en français, où Soljénitsyne compare
le glissement vers mensonge et violence de ces deux révolutions.
Quatre ans pour la française, suivis du despotisme bonapartiste, avant
de repartir pour une deuxième circonvolution à l’identique. Sept mois
pour la russe, puis une longue dictature bolchevique sur presque la
moitié du globe. `
À l’occasion du centenaire de sa naissance et du dixième anniversaire
de sa mort, ces trois textes nous aident à comprendre le cheminement
de Soljénitsyne au travers du siècle des totalitarismes.
Alexandre Soljénitsyne (1918-2008) a obtenu le prix Nobel de
littérature en 1970. Déchu de sa nationalité en 1974 après la
parution en Occident de L'Archipel du Goulag, il fut expulsé d'URSS,
émigra aux États-Unis, où il acheva son long cycle historique consacré
à la révolution russe, La Roue rouge, avant de revenir en Russie vingt
ans plus tard
 

Biographie d’Alexandre Soljénitsyne

Né en 1918, mort en 2008, Alexandre Soljénitsyne obtint le Nobel de Littérature en 1970. Déchu de sa nationalité en 1974 après la parution en Occident de L'Archipel du Goulag, il fut expulsé d'URSS, émigra aux USA, où il vécut vingt ans avant de revenir vivre en Russie. L'Archipel du Goulag est sa première "cathédrale" d'écriture, selon l'expression de Georges Nivat, La Roue rouge (sur le "déraillement" de l'histoire russe) en constituant la seconde.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire