Votre compte

Revue des Deux Mondes juillet-août 2014


Aucune revue ne s’était jusqu’alors vraiment penchée sur le phénomène SAS. Des articles avaient paru ici et là mais il manquait un dossier conséquent sur Gérard de Villiers. Sans préjugé, la Revue des Deux Mondes propose une enquête soigneuse et originale sur un des plus grands succès populaires des cinquante dernières années. Pour mener à bien l’investigation, Olivier Cariguel, chef d’orchestre de cette livraison estivale, a fait appel à des personnalités aussi sérieuses qu’un ancien ministre des Affaires étrangères, un grand reporter, des éditeurs...

Le dossier s’ouvre sur l’article de Robert F. Worth, paru le 30 janvier 2013 dans le New York Times. Les propos fort élogieux du journaliste américain réveillèrent une presse française quelque peu méprisante à l’encontre de SAS. Avec Renaud Girard, compagnon de route et ami de l’auteur, nous revivons quelques aventures à l’étranger : Gérard de Villiers était un remarquable reporter doté d’une efficace expertise géopolitique. Hubert Védrine appréciait chez l’écrivain cette capacité de comprendre sans juger : celui-ci évita toujours le piège de l’a priori ; parfaitement documenté, il savait informer son lecteur tout en le distrayant. Si l’éditeur Alfu analyse les nombreuses qualités du super héros SAS, Jean des Cars explique l’exceptionnelle longévité de la série : toutes les histoires sont fondées sur des reportages mêlant actualité et secrets d’État. Serge Brussolo évoque certaines facettes de l’homme qu’il côtoya pendant vingt-cinq ans, un être lucide, écrit-il, désenchanté, flirtant toujours avec la provocation. Aurélie Tronchet travailla pour Gérard de Villiers, l’éditeur : elle raconte son expérience. Enfin, Olivier Cariguel clôt le dossier sur une belle surprise : il a retrouvé la trace du premier livre inconnu de Gérard de Villiers, le Visage.

Également au sommaire, la première partie d’un bel entretien avec Roger Grenier. Le « doyen des éditions Gallimard » nous fait revivre le savoureux paysage littéraire des années cinquante.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Revue des Deux Mondes juillet-août 2014”

Fiche technique

Résumé

Aucune revue ne s’était jusqu’alors vraiment penchée sur le phénomène SAS. Des articles avaient paru ici et là mais il manquait un dossier conséquent sur Gérard de Villiers. Sans préjugé, la Revue des Deux Mondes propose une enquête soigneuse et originale sur un des plus grands succès populaires des cinquante dernières années. Pour mener à bien l’investigation, Olivier Cariguel, chef d’orchestre de cette livraison estivale, a fait appel à des personnalités aussi sérieuses qu’un ancien ministre des Affaires étrangères, un grand reporter, des éditeurs...

Le dossier s’ouvre sur l’article de Robert F. Worth, paru le 30 janvier 2013 dans le New York Times. Les propos fort élogieux du journaliste américain réveillèrent une presse française quelque peu méprisante à l’encontre de SAS. Avec Renaud Girard, compagnon de route et ami de l’auteur, nous revivons quelques aventures à l’étranger : Gérard de Villiers était un remarquable reporter doté d’une efficace expertise géopolitique. Hubert Védrine appréciait chez l’écrivain cette capacité de comprendre sans juger : celui-ci évita toujours le piège de l’a priori ; parfaitement documenté, il savait informer son lecteur tout en le distrayant. Si l’éditeur Alfu analyse les nombreuses qualités du super héros SAS, Jean des Cars explique l’exceptionnelle longévité de la série : toutes les histoires sont fondées sur des reportages mêlant actualité et secrets d’État. Serge Brussolo évoque certaines facettes de l’homme qu’il côtoya pendant vingt-cinq ans, un être lucide, écrit-il, désenchanté, flirtant toujours avec la provocation. Aurélie Tronchet travailla pour Gérard de Villiers, l’éditeur : elle raconte son expérience. Enfin, Olivier Cariguel clôt le dossier sur une belle surprise : il a retrouvé la trace du premier livre inconnu de Gérard de Villiers, le Visage.

Également au sommaire, la première partie d’un bel entretien avec Roger Grenier. Le « doyen des éditions Gallimard » nous fait revivre le savoureux paysage littéraire des années cinquante.

Biographie d’Olivier Cariguel

Gérald Bronner est professeur de sociologie à l'université de Paris-Diderot, membre de l’Académie des technologies et de l’Académie nationale de médecine. Il travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales. Il a publié plusieurs ouvrages sur ces questions dont L'empire des croyances (PUF) couronné d'un prix par l'Académie des Sciences Morales et Politiques, La démocratie des crédules pour lequel il a reçu de nombreux prix. Dernier ouvrage, co-écrit avec Etienne Géhin, Le danger sociologique (Puf, 2017). Il est éditorialiste au Point, chroniqueur dans Pour la science, le Nouveau Magazine Littéraire, l’émission 28 minutes sur Arte et I24news.

Serge Brussolo est né à Paris en 1951. Sa vocation pour l’écriture se manifeste très tôt. Après des études de lettres et de psychologie, il exerce plusieurs métiers avant de faire une entrée remarquée sur la scène littéraire avec Funnyway (Grand Prix de la science-fiction en 1979). Le succès de son univers romanesque à mi-chemin entre fantastique et science-fiction se confirme à travers ses nombreuses parutions chez Fleuve Noir, Denoël et Gallimard, notamment dans la prestigieuse collection « Folio SF ». Serge Brussolo s’est également illustré dans l’écriture de séries destinées à la jeunesse, de romans historiques et de polars.

Jean-Pierre Naugrette est né en 1955. Ancien élève de l’École normale supérieure, professeur de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, membre du comité de rédaction de La Revue des deux mondes, il est essayiste, traducteur, romancier, et grand amateur de football.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire