Votre compte

Revue des Deux Mondes juillet août 2017


Dossier : Quand l’amour change le cours de l’histoire
→ Entretien avec Jean d’Ormesson : « Nous aimons ces feuilletons amoureux qui pimentent la vie politique »
Amour, gloire et pouvoir : Jean d’Ormesson passe en revue les passions des puissants. De Cléopâtre aux présidents de la Ve République, l’académicien nous invite à une promenade galante dans les coulisses de l’histoire.

→ La guerre sans amour par Clara Dupont-Monod
Clara Dupont-Monod raconte comment Aliénor d’Aquitaine quitta Louis VII pour Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre. Cette femme de pouvoir finira par renverser son époux afin de placer son fils, Richard Cœur de Lion, sur le trône.

→ Henri IV et Charlotte de Montmorency : une nouvelle guerre de Troie ? par Catherine Valenti
Quand il est amoureux, Henri IV néglige politique et diplomatie. Pour preuve, l’épisode avec Charlotte de Montmorency qui faillit ébranler l’équilibre européen.

→ Louis XIV, les femmes et le pouvoir par Jean-Christian Petitfils
Si Louis XIV aime les femmes, il sacrifiera toujours ses maîtresses à la raison d’État. Jean-Christian Petitfils rappelle comment le futur Roi Soleil fut ensorcelé à 20 ans par la nièce du cardinal Mazarin, ce qui risqua de compromettre son union avec Marie-Thérèse d’Espagne.

→ Entretien avec Emmanuel de Waresquiel : « Les révolutionnaires ne supportaient pas le pouvoir des femmes de la noblesse »
À travers le procès de Marie-Antoinette, jugée conspiratrice et perverse, ce sont les femmes de l’aristocratie que l’on condamne, affirme Emmanuel de Waresquiel. La méfiance à leur égard annonce le puritanisme du XIXe siècle.

→ Wallis Simpson, femme fatale ? par Jean-Pierre Naugrette
Par amour pour une Américaine, Edouard VIII abdiqua. Si Wallis Simpson fut fatale à l’homme, elle évita peut-être que le destin ne se précipite : le roi d’Angleterre, comme une bonne partie de l’aristocratie, était fasciné par le nazisme...

Et aussi François Laroque, Cédric Michon, Sébastien Lapaque, Jean-Yves Le Naour et Claude-Catherine Kiejman.

Littérature
→ Bonnes feuilles : « La Fontaine. Une école buissonnière » par Érik Orsenna
Une biographie très personnelle du fabuliste qui célèbre à la fois l’homme et le génie de la langue française.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Version papier

8,25 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Revue des Deux Mondes juillet août 2017”

Fiche technique

Résumé

Dossier : Quand l’amour change le cours de l’histoire
→ Entretien avec Jean d’Ormesson : « Nous aimons ces feuilletons amoureux qui pimentent la vie politique »
Amour, gloire et pouvoir : Jean d’Ormesson passe en revue les passions des puissants. De Cléopâtre aux présidents de la Ve République, l’académicien nous invite à une promenade galante dans les coulisses de l’histoire.

→ La guerre sans amour par Clara Dupont-Monod
Clara Dupont-Monod raconte comment Aliénor d’Aquitaine quitta Louis VII pour Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre. Cette femme de pouvoir finira par renverser son époux afin de placer son fils, Richard Cœur de Lion, sur le trône.

→ Henri IV et Charlotte de Montmorency : une nouvelle guerre de Troie ? par Catherine Valenti
Quand il est amoureux, Henri IV néglige politique et diplomatie. Pour preuve, l’épisode avec Charlotte de Montmorency qui faillit ébranler l’équilibre européen.

→ Louis XIV, les femmes et le pouvoir par Jean-Christian Petitfils
Si Louis XIV aime les femmes, il sacrifiera toujours ses maîtresses à la raison d’État. Jean-Christian Petitfils rappelle comment le futur Roi Soleil fut ensorcelé à 20 ans par la nièce du cardinal Mazarin, ce qui risqua de compromettre son union avec Marie-Thérèse d’Espagne.

→ Entretien avec Emmanuel de Waresquiel : « Les révolutionnaires ne supportaient pas le pouvoir des femmes de la noblesse »
À travers le procès de Marie-Antoinette, jugée conspiratrice et perverse, ce sont les femmes de l’aristocratie que l’on condamne, affirme Emmanuel de Waresquiel. La méfiance à leur égard annonce le puritanisme du XIXe siècle.

→ Wallis Simpson, femme fatale ? par Jean-Pierre Naugrette
Par amour pour une Américaine, Edouard VIII abdiqua. Si Wallis Simpson fut fatale à l’homme, elle évita peut-être que le destin ne se précipite : le roi d’Angleterre, comme une bonne partie de l’aristocratie, était fasciné par le nazisme...

Et aussi François Laroque, Cédric Michon, Sébastien Lapaque, Jean-Yves Le Naour et Claude-Catherine Kiejman.

Littérature
→ Bonnes feuilles : « La Fontaine. Une école buissonnière » par Érik Orsenna
Une biographie très personnelle du fabuliste qui célèbre à la fois l’homme et le génie de la langue française.

Biographie de Valérie Toranian

Clara Dupont-Monod est journaliste et écrivain. Le roi disait que j’étais diable est son sixième livre.

Catherine Valenti est agrégée d'histoire et enseigne l'histoire des femmes à l'université de Toulouse-Le Mirail.

Historien, docteur en sciences politiques, Jean-Christian Petitfils est l’auteur de nombreuses biographies de personnages du Grand Siècle et de l’Ancien régime. Le Véritable d’Artagnan (Tallandier), fruit de multiples recherches d’archives, a été couronné par l’Académie française en 1982.

Sébastien Lapaque est romancier, essayiste et critique au Figaro littéraire. Auteur de nombreux romans et essais, il a publié Sermon de saint François d’Assise aux oiseaux et aux fusées chez Stock en 2008.

Jean-Pierre Naugrette est né en 1955. Ancien élève de l’École normale supérieure, professeur de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, membre du comité de rédaction de La Revue des deux mondes, il est essayiste, traducteur, romancier, et grand amateur de football.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire