Votre compte

Revue des Deux Mondes juillet août 2018


Le rire est-il mort ?
→ Entretien avec Riss : « On peut encore rire de tout en France mais il faut du courage »
Rescapé de l’attentat contre Charlie Hebdo, Riss évoque sa jeunesse, ses inspirations, ses maîtres et la menace qui pèse sur la liberté d’expression au nom de la sensibilité. Devenu directeur du journal après la tuerie de janvier 2015, le dessinateur continue, avec son équipe, d’exercer son droit à l’irrévérence.

→ L’ADN desprogien. Filiations littéraires et panthéon personnel par Florence Leca Mercier et Anne-Marie Paillet
À la croisée du littéraire et du trivial, l’humour de Pierre Desproges s’inscrit dans une longue tradition française : Rabelais, Voltaire, Flaubert, Alphonse Allais, Alexandre Viallate ont forgé le style de monsieur Cyclopède.

→ Entretien avec Philippe Meyer : « Desproges aurait ri de son ascension posthume comme d’une ultime blague... »
Pierre Desproges aurait voulu être chanteur. Philippe Meyer témoigne de ses goûts musicaux, de sa langue et de cette aptitude à épingler les défauts humains sans jamais promouvoir le bon, le bien, le juste.

→ Shocking ! Ces plaisanteries qu’on n’ose plus faire Un florilège de soixante-cinq plaisanteries audacieuses et impertinentes signées Pierre Desproges.

→ Réseaux sociaux. Le rire sous haute surveillance par Philibert Humm
Le rire se communautarisme. Les réseaux sociaux sont devenus une vigie citoyenne, quand ils ne se transforment pas en procureurs.

→ Quelques aspects de l’humour juif par Adam Biro
Les juifs répondent à l’antisémitisme par l’humour. L’autodérision est la meilleure arme, Adam Biro en livre de savoureux exemples.

Et aussi Philippe Trétiack, Jean-Pierre Naugrette, Robert Kopp et Jean-Paul Clément.

Littérature
→ Entretien avec Bernard de Fallois : « Souvenirs d’une vie d’éditeur »
Bernard de Fallois s’est éteint le 2 janvier 2018. Grande figure du monde éditorial, il avait publié Marcel Pagnol, Georges Simenon, Alain Peyrefitte... Dans ce dernier entretien, il partage de touchants souvenirs et notamment son aventure avec le Livre de poche.

→ Inédit. Olivier Guez : « Journal adriatique »
Olivier Guez retourne en Italie, à Trieste, où il a longtemps cultivé sa mélancolie.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Revue des Deux Mondes juillet août 2018”

Fiche technique

Résumé

Le rire est-il mort ?
→ Entretien avec Riss : « On peut encore rire de tout en France mais il faut du courage »
Rescapé de l’attentat contre Charlie Hebdo, Riss évoque sa jeunesse, ses inspirations, ses maîtres et la menace qui pèse sur la liberté d’expression au nom de la sensibilité. Devenu directeur du journal après la tuerie de janvier 2015, le dessinateur continue, avec son équipe, d’exercer son droit à l’irrévérence.

→ L’ADN desprogien. Filiations littéraires et panthéon personnel par Florence Leca Mercier et Anne-Marie Paillet
À la croisée du littéraire et du trivial, l’humour de Pierre Desproges s’inscrit dans une longue tradition française : Rabelais, Voltaire, Flaubert, Alphonse Allais, Alexandre Viallate ont forgé le style de monsieur Cyclopède.

→ Entretien avec Philippe Meyer : « Desproges aurait ri de son ascension posthume comme d’une ultime blague... »
Pierre Desproges aurait voulu être chanteur. Philippe Meyer témoigne de ses goûts musicaux, de sa langue et de cette aptitude à épingler les défauts humains sans jamais promouvoir le bon, le bien, le juste.

→ Shocking ! Ces plaisanteries qu’on n’ose plus faire Un florilège de soixante-cinq plaisanteries audacieuses et impertinentes signées Pierre Desproges.

→ Réseaux sociaux. Le rire sous haute surveillance par Philibert Humm
Le rire se communautarisme. Les réseaux sociaux sont devenus une vigie citoyenne, quand ils ne se transforment pas en procureurs.

→ Quelques aspects de l’humour juif par Adam Biro
Les juifs répondent à l’antisémitisme par l’humour. L’autodérision est la meilleure arme, Adam Biro en livre de savoureux exemples.

Et aussi Philippe Trétiack, Jean-Pierre Naugrette, Robert Kopp et Jean-Paul Clément.

Littérature
→ Entretien avec Bernard de Fallois : « Souvenirs d’une vie d’éditeur »
Bernard de Fallois s’est éteint le 2 janvier 2018. Grande figure du monde éditorial, il avait publié Marcel Pagnol, Georges Simenon, Alain Peyrefitte... Dans ce dernier entretien, il partage de touchants souvenirs et notamment son aventure avec le Livre de poche.

→ Inédit. Olivier Guez : « Journal adriatique »
Olivier Guez retourne en Italie, à Trieste, où il a longtemps cultivé sa mélancolie.

Biographie de Jean-Luc Macia

D’où vient le « politiquement correct » de la culture ? La diversité culturelle, jusqu’alors au service de la défense du pluralisme, s’est depuis aventurée dans la comptabilité ethnique et biologique au sein du milieu culturel. Elle a alors été prétexte à la construction d’un nouvel académisme en art, accompagné de censures fondées sur un supposé « droit à représenter », où les dogmes ethno-différentialistes mettent à bas les fondements universalistes qui permettent de faire société. Le nouvel académisme anti-culturel, qui tue à la fois l’académisme et la contre-culture, transforme l’art en ingénierie sociale et en moyen de contrôle, au nom de notre propre émancipation, et joue le rôle d’un miroir grossissant. Il faut s’en inquiéter : le politiquement correct viendra-t-il à bout des règles les plus élémentaires de la vie démocratique ?

Richard Millet est écrivain. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, en 2014, Le Corps politique de Gérard Depardieu (Pierre-Guillaume de Roux) et Sibelius, Les Cygnes et le Silence (Gallimard).

Patrick Kéchichian est né à Paris en 1951. Il est journaliste, critique littéraire et écrivain.

Frédéric Verger est né en 1959. Il enseigne le français dans un lycée de la banlieue parisienne. Arden est son premier roman.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire