Votre compte

Revue des Deux Mondes mai 2019


Dossier – L’idéologie au cœur de l’université
→ Heurs et malheurs de l’université française par Philippe Raynaud
Après avoir décrit ce qui fait la spécificité des universités françaises, Philippe Raynaud se penche sur les forces et faiblesses de l’enseignement supérieur et interroge le bien-fondé des politiques dont il est l’objet depuis des décennies.

→ L’enseignement au XIXe siècle : le grand conflit État-Église par Jean-Paul Clément
Au XIXe siècle, selon la nature du régime politique, l’enseignement fut tour à tour l’apanage de l’Église ou de l’État. L’historien Jean-Paul Clément revient sur les grandes étapes.

→ Le structuralo-marxisme dans l’université par François Dosse
Au sortir de 1945, le marxisme devient la doxa dans les facultés. En cause, l’hégémonie du Parti communiste et le triomphe du structuralo-marxiste avec la création en 1968 du Centre universitaire expérimental à Vincennes, « une anti-Sorbonne ».

→ L’université kidnappée (avec son consentement) par les indigénistes par Yves Mamou
Une nouvelle idéologie a pris son essor à l’université après les émeutes en banlieue de 2005 : le décolonialisme. Des groupuscules voient dans la démocratie et la laïcité des outils d’oppression envers les minorités, ils militent pour redessiner la société.

→ Une idéologie mortifère au cœur de l’université française par Josepha Laroche
L’islamo-gauchisme s’épanouit dans les facultés, s’alarme Josepha Laroche. Ce courant idéologique veut défendre et promouvoir le colonisé par tous les moyens, quitte à formater les savoirs.

→ Mauvais esprit par Joseph Magne L’étudiant
Joseph Magne témoigne : aucun cours n’échappe aux questions de race et d’oppression.

Et aussi Robert Kopp, Michel Onfray, Jérôme Maucourant et Isabelle Barbéris.

Littérature
→ Plaidoyer pour sauver les églises de France par Adrien Goetz
L’historien de l’art dresse un constat alarmant des églises en France.

Études et réflexions
→ Entretien avec Jean-Louis Gergorin « La cyberguerre est la continuation moderne de la politique par d’autres moyens »
Ancien diplomate, Jean-Louis Gergorin souligne la vulnérabilité des réseaux face à la montée du péril numérique.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Revue des Deux Mondes mai 2019”

Fiche technique

Résumé

Dossier – L’idéologie au cœur de l’université
→ Heurs et malheurs de l’université française par Philippe Raynaud
Après avoir décrit ce qui fait la spécificité des universités françaises, Philippe Raynaud se penche sur les forces et faiblesses de l’enseignement supérieur et interroge le bien-fondé des politiques dont il est l’objet depuis des décennies.

→ L’enseignement au XIXe siècle : le grand conflit État-Église par Jean-Paul Clément
Au XIXe siècle, selon la nature du régime politique, l’enseignement fut tour à tour l’apanage de l’Église ou de l’État. L’historien Jean-Paul Clément revient sur les grandes étapes.

→ Le structuralo-marxisme dans l’université par François Dosse
Au sortir de 1945, le marxisme devient la doxa dans les facultés. En cause, l’hégémonie du Parti communiste et le triomphe du structuralo-marxiste avec la création en 1968 du Centre universitaire expérimental à Vincennes, « une anti-Sorbonne ».

→ L’université kidnappée (avec son consentement) par les indigénistes par Yves Mamou
Une nouvelle idéologie a pris son essor à l’université après les émeutes en banlieue de 2005 : le décolonialisme. Des groupuscules voient dans la démocratie et la laïcité des outils d’oppression envers les minorités, ils militent pour redessiner la société.

→ Une idéologie mortifère au cœur de l’université française par Josepha Laroche
L’islamo-gauchisme s’épanouit dans les facultés, s’alarme Josepha Laroche. Ce courant idéologique veut défendre et promouvoir le colonisé par tous les moyens, quitte à formater les savoirs.

→ Mauvais esprit par Joseph Magne L’étudiant
Joseph Magne témoigne : aucun cours n’échappe aux questions de race et d’oppression.

Et aussi Robert Kopp, Michel Onfray, Jérôme Maucourant et Isabelle Barbéris.

Littérature
→ Plaidoyer pour sauver les églises de France par Adrien Goetz
L’historien de l’art dresse un constat alarmant des églises en France.

Études et réflexions
→ Entretien avec Jean-Louis Gergorin « La cyberguerre est la continuation moderne de la politique par d’autres moyens »
Ancien diplomate, Jean-Louis Gergorin souligne la vulnérabilité des réseaux face à la montée du péril numérique.

Biographie de Valérie Toranian

Professeur de science politique à l'université Panthéon-Assas

Historien, professeur des universités, a publié des ouvrages dans le domaine de l’historiographie et dans celui de l’histoire intellectuelle.

L’ « effet papillon » adapté à un thriller. Une blague de potache qui a des conséquences particulièrement sanglantes. Un Traffic à la française.

Josepha Laroche est professeur au département de science politique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est également membre du laboratoire de recherches Économie et sociétés (CNRS) et anime Chaos International, un centre d’études et de recherches transnationalistes. Elle a notamment publié Les Prix Nobel (Liber, 2012), Politique internationale ( LGDJ, 2000), et a dirigé Mondialisation et gouvernance mondiale (PUF, 2003) ainsi que Un monde en sursis (2010), Passage au crible de la scène mondiale (2011), et La loyauté dans les relations internationales (2011) chez L’Harmattan.

D’où vient le « politiquement correct » de la culture ? La diversité culturelle, jusqu’alors au service de la défense du pluralisme, s’est depuis aventurée dans la comptabilité ethnique et biologique au sein du milieu culturel. Elle a alors été prétexte à la construction d’un nouvel académisme en art, accompagné de censures fondées sur un supposé « droit à représenter », où les dogmes ethno-différentialistes mettent à bas les fondements universalistes qui permettent de faire société. Le nouvel académisme anti-culturel, qui tue à la fois l’académisme et la contre-culture, transforme l’art en ingénierie sociale et en moyen de contrôle, au nom de notre propre émancipation, et joue le rôle d’un miroir grossissant. Il faut s’en inquiéter : le politiquement correct viendra-t-il à bout des règles les plus élémentaires de la vie démocratique ?

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire