Votre compte

Revue des Deux Mondes octobre-novembre 2014


Les élections européennes de mai 2014 ont été marquées par une forte percée des eurosceptiques. En France, le Front national est arrivé en tête des suffrages dans 71 départements sur 101. En posant la question « Qu’arrive-t-il à la France ? », la Revue des Deux Mondes cherche à comprendre et à décrire une crise sans précédent. Sommes-nous aux portes d’une nouvelle ère historique ?

En ouverture du numéro, Alain Juppé analyse les taux de plus en plus élevés des abstentionnistes. Les Français témoignent d’une forte méfiance à l’égard des élus. Selon le maire de Bordeaux, le pouvoir politique a perdu sa capacité d’agir sur le réel. À cette cause s’ajoute la relation complexe qu’entretiennent les citoyens avec l’autorité. La perte de confiance en l’avenir et la peur identitaire créent de profondes fractures dans la société française. Pour Ezra Suleiman, la France a perdu de sa grandeur en raison notamment de son incapacité à se réformer : les élites sont profondément attachées à leurs statuts, ce qui empêche toute forme de transformation. Jacques de Saint Victor explique le malaise ambiant non par des institutions bancales mais par l’absence des « grands hommes » et donc des idées. D’après l’historien, nous nous retrouvons dans un climat politique digne de la IVe République : le PS comme l’UMP traverse une double crise d’identité et de légitimité. Thomas Gomart dresse un panorama de la politique étrangère française. Pendant un an, Gilles Kepel a mené une enquête à Roubaix et à Marseille, auprès d’une centaine de candidats issus de l’immigration dont les conclusions firent l’objet d’un livre, Passion française (Gallimard). Le FN rafle la mise dans certaines cités, l’auteur en détaille ici les causes. Enfin Olivier Roy se demande pourquoi et en quoi le FN a réussi à sortir de son image extrémiste et élargir son électorat en devenant « moderne ».

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Revue des Deux Mondes octobre-novembre 2014”

Fiche technique

Résumé

Les élections européennes de mai 2014 ont été marquées par une forte percée des eurosceptiques. En France, le Front national est arrivé en tête des suffrages dans 71 départements sur 101. En posant la question « Qu’arrive-t-il à la France ? », la Revue des Deux Mondes cherche à comprendre et à décrire une crise sans précédent. Sommes-nous aux portes d’une nouvelle ère historique ?

En ouverture du numéro, Alain Juppé analyse les taux de plus en plus élevés des abstentionnistes. Les Français témoignent d’une forte méfiance à l’égard des élus. Selon le maire de Bordeaux, le pouvoir politique a perdu sa capacité d’agir sur le réel. À cette cause s’ajoute la relation complexe qu’entretiennent les citoyens avec l’autorité. La perte de confiance en l’avenir et la peur identitaire créent de profondes fractures dans la société française. Pour Ezra Suleiman, la France a perdu de sa grandeur en raison notamment de son incapacité à se réformer : les élites sont profondément attachées à leurs statuts, ce qui empêche toute forme de transformation. Jacques de Saint Victor explique le malaise ambiant non par des institutions bancales mais par l’absence des « grands hommes » et donc des idées. D’après l’historien, nous nous retrouvons dans un climat politique digne de la IVe République : le PS comme l’UMP traverse une double crise d’identité et de légitimité. Thomas Gomart dresse un panorama de la politique étrangère française. Pendant un an, Gilles Kepel a mené une enquête à Roubaix et à Marseille, auprès d’une centaine de candidats issus de l’immigration dont les conclusions firent l’objet d’un livre, Passion française (Gallimard). Le FN rafle la mise dans certaines cités, l’auteur en détaille ici les causes. Enfin Olivier Roy se demande pourquoi et en quoi le FN a réussi à sortir de son image extrémiste et élargir son électorat en devenant « moderne ».

Biographie d’Edith De La Héronnière

Frédéric Verger est né en 1959. Il enseigne le français dans un lycée de la banlieue parisienne. Arden est son premier roman.

Michel Laval est avocat. Il est l’auteur de Robert Brasillach, la trahison du clerc (Hachette Littérature, 1992) et de L’homme sans concessions : Arthur Koestler et son siècle (Calmann-Lévy, 2005. Prix de la biographie - Le Point 2006)

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire