Votre compte

Romantismes, l'esthétique en acte


Pour Charles Magnin, critique du Globe, le XIXe siècle serait « l’âge de l’esthétique ». Cet ouvrage collectif, centré sur la période romantique, se propose de vérifier cette assertion en étudiant la ruine progressive des poétiques normatives et l’acclimatation en France de cette notion qui fut d’abord allemande. Sous le signe de l’interculturalité, ont été étudiés les modèles germaniques (Schiller, les frères Schlegel, Schelling, Heine), la rémanence d’un sublime de terreur tel qu’il avait été défini par Burke, les passeurs et les divers passages (Mme de Staël), voire l’institution, sous forme de cours privés (Jouffroy) ou publics (Cousin), d’une esthétique à la française. Il fallait scruter à nouveau les essais (Le Génie du christianisme), les préfaces célèbres (Préface de Cromwell, Préface de Mademoiselle de Maupin), les correspondances réelles ou fictives (Lettres d’un voyageur de George Sand) ou bien encore les textes ou les illustrations programmatiques des revues (L’Artiste). Mais il convenait également d’examiner la portée manifestaire d’un tableau ou d’une musique, voire de scruter des manuels de beauté qui codifient l’idée que l’on peut se faire de la distinction corporelle. Cet ouvrage ne s’est pas limité au prescrit, il a surtout pris en compte les moyens indirects par lesquels les œuvres laissent deviner un système de valeurs, une axiologie relative au beau et au sublime.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Romantismes, l'esthétique en acte”

Fiche technique

Résumé

Pour Charles Magnin, critique du Globe, le XIXe siècle serait « l’âge de l’esthétique ». Cet ouvrage collectif, centré sur la période romantique, se propose de vérifier cette assertion en étudiant la ruine progressive des poétiques normatives et l’acclimatation en France de cette notion qui fut d’abord allemande. Sous le signe de l’interculturalité, ont été étudiés les modèles germaniques (Schiller, les frères Schlegel, Schelling, Heine), la rémanence d’un sublime de terreur tel qu’il avait été défini par Burke, les passeurs et les divers passages (Mme de Staël), voire l’institution, sous forme de cours privés (Jouffroy) ou publics (Cousin), d’une esthétique à la française. Il fallait scruter à nouveau les essais (Le Génie du christianisme), les préfaces célèbres (Préface de Cromwell, Préface de Mademoiselle de Maupin), les correspondances réelles ou fictives (Lettres d’un voyageur de George Sand) ou bien encore les textes ou les illustrations programmatiques des revues (L’Artiste). Mais il convenait également d’examiner la portée manifestaire d’un tableau ou d’une musique, voire de scruter des manuels de beauté qui codifient l’idée que l’on peut se faire de la distinction corporelle. Cet ouvrage ne s’est pas limité au prescrit, il a surtout pris en compte les moyens indirects par lesquels les œuvres laissent deviner un système de valeurs, une axiologie relative au beau et au sublime.

Biographie de Jean-Louis Cabanès

Jean-Louis Cabanès, professeur émérite à l’Université Paris Nanterre, est spécialiste du roman au XIXe siècle. Il a publié en 1991, chez Klincksieck, Le Corps et la maladie dans les récits naturalistes (1856-1893), et en 2011, aux Classiques Garnier, Le Négatif. Il dirige un collectif chargé d’établir une édition critique du Journal des Goncourt, il a centré une partie de ses recherches sur les relations que la littérature entretient avec les savoirs, ou sur la fantaisie ; il a publié aux Classiques Garnier, en collaboration avec Vincent Laisney, un ouvrage collectif, L’Année 1855 (2016).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire