Votre compte

Rouge le vin, rouge mon coeur


Dans la grande tradition des peintres, photographes, poètes et écrivains du Paris populaire - on songe à Albert Marquet, Apollinaire, Aragon, Prévert, Hardellet, Doisneau, Robert Giraud - Baptiste-Marrey évoque le Bercy de son enfance, où près du grand fleuve se jouait au quotidien le miracle du vin, de son commerce, et des hommes qui le célébraient ou bien en mouraient. Des poèmes limpides comme un sauvignon très frais, parfois vifs, drôles et moqueurs, et d'autres plus graves, semblables à des vins de songerie, tout chargés d'une émouvante mélancolie et d'une grave beauté, pour dire les mots et le temps qui passent et qui nous fuient, les visages perdus, et la Grande Ville qui change, on le sait, plus vite que le coeur d'un mortel.

Ce livre est classé dans les catégories :

4,99 €
?

Version papier

12,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Rouge le vin, rouge mon coeur”

Fiche technique

Résumé

Dans la grande tradition des peintres, photographes, poètes et écrivains du Paris populaire - on songe à Albert Marquet, Apollinaire, Aragon, Prévert, Hardellet, Doisneau, Robert Giraud - Baptiste-Marrey évoque le Bercy de son enfance, où près du grand fleuve se jouait au quotidien le miracle du vin, de son commerce, et des hommes qui le célébraient ou bien en mouraient. Des poèmes limpides comme un sauvignon très frais, parfois vifs, drôles et moqueurs, et d'autres plus graves, semblables à des vins de songerie, tout chargés d'une émouvante mélancolie et d'une grave beauté, pour dire les mots et le temps qui passent et qui nous fuient, les visages perdus, et la Grande Ville qui change, on le sait, plus vite que le coeur d'un mortel.

Biographie de Baptiste-Marrey

Baptiste-Marrey, né en 1928, a écrit une dizaine de romans (reliés les uns aux autres par des fils plus ou moins visibles), essais, recueils poétiques, volontiers satiriques - dernier ouvrage paru : Le montreur de marionettes (Fayard). Il fréquente les théâtres, les bars à vin et les bibliothèques de quartier.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire