Votre compte

S'appartenir(e)


Jouissif et décomplexé, «S'appartenir(e)» rassemble les paroles de huit auteures. On y parle de notre façon d'être moderne et préhistorique à la fois. De notre rapport à l'éducation. De cette foutue question du pays qui se pose encore bizarrement. De nos paradoxes si multiples. De l'Histoire. Celle qui s'écrit. Celle qui nous échappe parce que trop peu enseignée. Celle des peuples autochtones encore mal comprise. Celle qui nous définit. On y parle des nuances qui s'évaporent dans les brumes de l'inconscience collective. «S'appartenir(e)» est un cri de solidarité et de provocation, au féminin.
12,95 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “S'appartenir(e)”

Fiche technique

Résumé

Jouissif et décomplexé, «S'appartenir(e)» rassemble les paroles de huit auteures. On y parle de notre façon d'être moderne et préhistorique à la fois. De notre rapport à l'éducation. De cette foutue question du pays qui se pose encore bizarrement. De nos paradoxes si multiples. De l'Histoire. Celle qui s'écrit. Celle qui nous échappe parce que trop peu enseignée. Celle des peuples autochtones encore mal comprise. Celle qui nous définit. On y parle des nuances qui s'évaporent dans les brumes de l'inconscience collective. «S'appartenir(e)» est un cri de solidarité et de provocation, au féminin.

Biographie de Joséphine Bacon

Née en 1947, Joséphine Bacon est une poétesse, réalisatrice et parolière innue originaire de Pessamit. En 2013, elle a publié le recueil de poèmes Un thé dans la toundra (Mémoire d’encrier), finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général et au Grand Prix du livre de Montréal. Auteure et performeuse, Marjolaine Beauchamp a publié en 2010 son premier recueil de poésie, Aux plexus (l’Écrou), et a assuré les deux années suivantes la première partie du spectacle L’Existoire, de Richard Desjardins. Parallèlement, le Théâtre du Trillium a produit son spectacle Taram à Ottawa (2010) et à Montréal (2012). Depuis 2014, elle est auteure associée à la compagnie. Véronique Côté est comédienne, metteure en scène et auteure. Elle a joué dans plus d'une vingtaine de productions théâtrales sur les scènes du Québec et d'Europe, dont Forêts (dans la trilogie Le sang des promesses) de Wajdi Mouawad. Fidèle collaboratrice d'Anne-Marie Olivier, elle a entre autres signé la mise en scène des spectacles Faire l'amour et Scalpée. Avec Tout ce qui tombe, son premier texte pour le théâtre, elle a été finaliste pour les Prix littéraires du Gouverneur général en 2013. Elle a aussi écrit La vie habitable, paru à l’automne 2014 dans notre collection Documents. Photo: Maude Chauvin. France Daigle a fait des études en littérature avant de tremper dans le journalisme. Son expérimentation du langage est certainement un de ses signes distinctifs, à fortiori dans son plus récent ouvrage, Pour sûr (Boréal, 2011), qui lui a valu le Prix littéraire du Gouverneur général. Figure importante de la littérature acadienne, elle est l’auteure d’une dizaine de romans. Rébecca Déraspe a terminé le programme d’écriture dramatique de l’École nationale de théâtre en mai 2010. Depuis, elle travaille activement comme auteure dramatique et scénariste. Issue du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, Emmanuelle Jimenez a vu plusieurs de ses textes montés au théâtre, dont Du vent entre les dents (Théâtre d’Aujourd’hui), Un gorille à Broadway (Productions À tour de rôle), Rêvez, montagnes ! (Nouveau Théâtre Expérimental) et Le dénominateur commun (coécriture avec François Archambault, Théâtre Debout). Catherine Léger, lauréate du prix Gratien-Gélinas en 2007, écrit pour le théâtre (Princesses, Opium_37 et Voiture américaine), la télévision et le cinéma (La petite reine). J’ai perdu mon mari!, la 33e pièce des Productions à tour de rôle et une mise en scène par Philippe Lambert, a tenu l’affiche pendant l’été 2014 au théâtre de Carleton-sur-Mer, en Gaspésie. Connue à la fois comme interprète, auteure et metteure en scène, directrice artistique et codirectrice générale du Théâtre du Trident, Anne-Marie Olivier est une figure importante du théâtre à Québec. Ses pièces solo Gros et détails et Annette lui ont attiré un succès tant critique que populaire partout au Québec. Avec Gros et détails, qui a aussi été acclamé en Europe et en Afrique, elle a mérité le Prix Paul-Hébert remis par la Fondation du théâtre du Trident ainsi que le Masque du public Loto Québec en 2005. Anne-Marie Olivier est également la directrice artistique de la compagnie Bienvenue aux dames et du Festival du Jamais Lu Québec. Comme comédienne, notons ses performances remarquables dans Les Trois sœurs, d’Anton Tchekov (2002 et 2010), Forêts, de Wajdi Mouawad (2005) et La nuit des rois ou Ce que vous voudrez, de William Shakespeare (2011). Photo: Nicola-Frank Vachon

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire