Votre compte

Scandale musical à Moscou, 1948


Il n’est aucun domaine qui ait échappé à l’emprise du régime soviétique sur la vie culturelle et artistique dans la Russie de l’après-guerre. Après la littérature, le théâtre, le cinéma et la philosophie, c’est au tour de la musique d’être placée sous le contrôle du Parti, lors de la Conférence des musiciens, présidée par Andrei Jdanov à Moscou en janvier 1948. Les œuvres de quelques grands compositeurs, tels que Chostakovitch et Prokofiev, coupables de « formalisme », sont alors mises au ban de la production artistique et leurs auteurs sommés de faire amende honorable. Correspondant de la presse britannique en URSS, Alexander Werth est le témoin attentif de cette offensive idéologique. Dans une analyse sur le vif où il laisse largement la parole aux différents acteurs, il retranscrit cette conférence, non sans humour, et avec un remarquable sens de l’observation.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Scandale musical à Moscou, 1948”

Fiche technique

  • Auteur : Alexander Werth
  • Éditeur : Tallandier
  • Date de parution : 11/02/16
  • EAN : 9791021009721
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 192
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Il n’est aucun domaine qui ait échappé à l’emprise du régime soviétique sur la vie culturelle et artistique dans la Russie de l’après-guerre. Après la littérature, le théâtre, le cinéma et la philosophie, c’est au tour de la musique d’être placée sous le contrôle du Parti, lors de la Conférence des musiciens, présidée par Andrei Jdanov à Moscou en janvier 1948. Les œuvres de quelques grands compositeurs, tels que Chostakovitch et Prokofiev, coupables de « formalisme », sont alors mises au ban de la production artistique et leurs auteurs sommés de faire amende honorable. Correspondant de la presse britannique en URSS, Alexander Werth est le témoin attentif de cette offensive idéologique. Dans une analyse sur le vif où il laisse largement la parole aux différents acteurs, il retranscrit cette conférence, non sans humour, et avec un remarquable sens de l’observation.

Biographie d’Alexander Werth

Né à Saint-Pétersbourg, Alexander Werth (1901-1969) a fui la Russie après la Révolution de 1917 pour le Royaume-Uni où il obtient la nationalité britannique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est le correspondant à Moscou du Sunday Times, du Guardian et de la BBC. À ce titre, il sera l’un des premiers étrangers à être autorisé à pénétrer en URSS en plein conflit.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire