Votre compte

Seul en son palais


« Entrer à l’Élysée, c’est entrer en solitude. »
François Hollande

Pourquoi détestons-nous si vite le candidat que nous avons élu quand il devient président ? Pourquoi laissons-nous si vite tomber l’homme que nous avons choisi ? Pourquoi choisissons-nous si mal nos présidents de la République, finalement ?
Enfermés dans des solitudes de plus en plus pesantes, de Giscard à Hollande, aucun n’a compris ce qui lui était arrivé. Car si la solitude du pouvoir est un mythe, les solitudes d’un président sont multiples. Il est le seul à prendre certaines décisions concernant l’avenir du pays, seul à affronter certaines crises, seul à porter le deuil d’une nation face au terrorisme. Mais il se frotte aussi à la solitude de celui qui est constamment épié, par ses rivaux, ses dauphins, ses faux-amis, la presse et ses alliés maladroits. Il éprouve la solitude qui s’abat sur un président, seul dans son bureau après des attentats. Il est déboussolé par la solitude du battu ne comprenant pas qu’il s’est trompé. Et comment appeler la solitude de celui que personne n’entend plus, parce qu’il semble parler une autre langue, celle du pouvoir ?
Avant de nous lancer dans la prochaine campagne présidentielle, il est peut-être utile de nous demander ce qu’il vaudrait mieux éviter de faire la prochaine fois, pour ne pas nous retrouver avec un président seul en son palais, et nos yeux pour pleurer.

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
?

Version papier

9,62 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Seul en son palais”

Fiche technique

Résumé

« Entrer à l’Élysée, c’est entrer en solitude. »
François Hollande

Pourquoi détestons-nous si vite le candidat que nous avons élu quand il devient président ? Pourquoi laissons-nous si vite tomber l’homme que nous avons choisi ? Pourquoi choisissons-nous si mal nos présidents de la République, finalement ?
Enfermés dans des solitudes de plus en plus pesantes, de Giscard à Hollande, aucun n’a compris ce qui lui était arrivé. Car si la solitude du pouvoir est un mythe, les solitudes d’un président sont multiples. Il est le seul à prendre certaines décisions concernant l’avenir du pays, seul à affronter certaines crises, seul à porter le deuil d’une nation face au terrorisme. Mais il se frotte aussi à la solitude de celui qui est constamment épié, par ses rivaux, ses dauphins, ses faux-amis, la presse et ses alliés maladroits. Il éprouve la solitude qui s’abat sur un président, seul dans son bureau après des attentats. Il est déboussolé par la solitude du battu ne comprenant pas qu’il s’est trompé. Et comment appeler la solitude de celui que personne n’entend plus, parce qu’il semble parler une autre langue, celle du pouvoir ?
Avant de nous lancer dans la prochaine campagne présidentielle, il est peut-être utile de nous demander ce qu’il vaudrait mieux éviter de faire la prochaine fois, pour ne pas nous retrouver avec un président seul en son palais, et nos yeux pour pleurer.

Biographie de Marie-Eve Malouines

Marie-Eve Malouines a dirigé le service politique de France Info avant de prendre la présidence de la Chaîne parlementaire-Assemblée nationale en 2015. Elle a publié plusieurs livres politiques dont La Madone et le Culbuto (avec Carl Meeus, Fayard, 2006), Nicolas Sarkozy, le pouvoir et la peur (Stock, 2010), et François Hollande ou la Force du gentil (JC Lattès, 2012).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire