Votre compte

Sous le ciel qui brûle


" L'histoire sanglante d'un pays et d'un peuple a laissé, on le comprend, une marque indélébile dans cette conscience douloureuse. Le roman de Hoai Huong Nguyen sait la transformer, avec beaucoup de subtilité, en une réflexion sensible sur une vie à continuer par l'écriture. " L'Humanité
" La veille du nouvel an 1954, l'oncle Chinh avait annoncé à sa femme sa décision de rejoindre l'armée populaire. Elle devait se réjouir d'entrer dans le camp de la Révolution – c'était l'éducation qu'il voulait pour son fils et sa fille : qu'ils se battent pour leur pays. Il était leur père, et rien ne lui interdisait de les emmener avec lui – il n'y avait nulle échappatoire.
Le jour de leur départ, dans un mouvement de désespoir, Tuân avait crié en français :
–; Vous êtes un monstre, laissez-moi au moins dire au revoir à ma cousine. Son oncle le considéra de son regard glacé et lui répondit en vietnamien :
–;
Mày là thằng việt gian . (Tu n'es qu'un traître à la patrie. Et il ajouta :) À cause de tes paroles, je la donnerai à un homme qui n'a pas été pourri par l'Occident, même si ce doit être un illettré. "

Si le choix de la langue des colonisateurs fait de Tuân un " traître ", il signe également son destin : son amour du français et de la poésie de Gérard de Nerval sera son refuge au cœur des atrocités qu'il va vivre dans un Vietnam exsangue, déchiré par la guerre et la partition.

Ce roman est une navigation enchantée entre les verts paradis des amours enfantines et un présent douloureux, qui convoque les parfums les plus subtils de l'Orient et compose une ode bouleversante à la puissance vitale des mots.

Prix CCGPF Cheminots du deuxième roman.
Prix littéraire de La Renaissance Française 2018.

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
?

Version papier

11,70 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Sous le ciel qui brûle”

Fiche technique

Résumé

" L'histoire sanglante d'un pays et d'un peuple a laissé, on le comprend, une marque indélébile dans cette conscience douloureuse. Le roman de Hoai Huong Nguyen sait la transformer, avec beaucoup de subtilité, en une réflexion sensible sur une vie à continuer par l'écriture. " L'Humanité
" La veille du nouvel an 1954, l'oncle Chinh avait annoncé à sa femme sa décision de rejoindre l'armée populaire. Elle devait se réjouir d'entrer dans le camp de la Révolution – c'était l'éducation qu'il voulait pour son fils et sa fille : qu'ils se battent pour leur pays. Il était leur père, et rien ne lui interdisait de les emmener avec lui – il n'y avait nulle échappatoire.
Le jour de leur départ, dans un mouvement de désespoir, Tuân avait crié en français :
–; Vous êtes un monstre, laissez-moi au moins dire au revoir à ma cousine. Son oncle le considéra de son regard glacé et lui répondit en vietnamien :
–;
Mày là thằng việt gian . (Tu n'es qu'un traître à la patrie. Et il ajouta :) À cause de tes paroles, je la donnerai à un homme qui n'a pas été pourri par l'Occident, même si ce doit être un illettré. "

Si le choix de la langue des colonisateurs fait de Tuân un " traître ", il signe également son destin : son amour du français et de la poésie de Gérard de Nerval sera son refuge au cœur des atrocités qu'il va vivre dans un Vietnam exsangue, déchiré par la guerre et la partition.

Ce roman est une navigation enchantée entre les verts paradis des amours enfantines et un présent douloureux, qui convoque les parfums les plus subtils de l'Orient et compose une ode bouleversante à la puissance vitale des mots.

Prix CCGPF Cheminots du deuxième roman.
Prix littéraire de La Renaissance Française 2018.

Biographie d’Hoai Huong Nguyen

Hoai Huong Nguyen, dont le prénom signifie « se souvenir du pays », est née en 1976, en France, de parents vietnamiens. Détentrice d’un doctorat de Lettres modernes portant sur « L’eau dans la poésie de Paul Claudel et celle de poètes chinois et japonais », elle est actuellement enseignante.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire