Votre compte

Souvenirs d'une gamine effrontée


« Je veux bien que ce ne soit pas drôle de se retrouver à quinze ans quasiment orpheline et sans le sou ; mais des familles ruinées par le Panama, il n’en a pas manqué autour de nous, et toutes leurs filles ne sont pas devenues ce que je suis. » Ainsi débutent les confessions à la Jean-Jacques Rousseau de Lucienne Chauron, une petite Parisienne de la fin du siècle dernier. C’est dans son tub, et grâce aux bons offices de la bonne, qu’elle apprécie pour la première fois, à treize ans, les avantages de la « différence » qui la sépare de Maximilien, son frère aîné. Elle y prend goût avec Vincent, le meilleur copain de son frère ; puis, avec Lydie, une camarade d’école. Aux amusements d’enfants succèdent des plaisirs plus consistants, jusqu’au jour où, sur la banquette d’un fiacre, elle perd ce qui lui reste d’innocence. Exilée en province chez un oncle, elle n’en poursuit qu’avec davantage d’ardeur sa quête d’aventures interdites. Une amie de pension d’abord, puis le jardinier de la maison, et enfin son cousin Léon, qu’elle déniaise allègrement, l’aideront à égayer son séjour. Placée pour quelque temps comme soubrette chez les châtelains de l’endroit, elle y vérifie que le plaisir partagé se soucie peu des particules. Quand elle reprend, dans les derniers mois de 1889, la route de Paris, c’est une véritable jeune femme qui s’apprête à affronter, armée de ses seuls charmes, les hasards de la capitale. Ce sont ses souvenirs d’adolescence que nous publions aujourd’hui, dans la spontanéité d’un récit authentique et naïf.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Version papier

40,21 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Souvenirs d'une gamine effrontée”

Fiche technique

Résumé

« Je veux bien que ce ne soit pas drôle de se retrouver à quinze ans quasiment orpheline et sans le sou ; mais des familles ruinées par le Panama, il n’en a pas manqué autour de nous, et toutes leurs filles ne sont pas devenues ce que je suis. » Ainsi débutent les confessions à la Jean-Jacques Rousseau de Lucienne Chauron, une petite Parisienne de la fin du siècle dernier. C’est dans son tub, et grâce aux bons offices de la bonne, qu’elle apprécie pour la première fois, à treize ans, les avantages de la « différence » qui la sépare de Maximilien, son frère aîné. Elle y prend goût avec Vincent, le meilleur copain de son frère ; puis, avec Lydie, une camarade d’école. Aux amusements d’enfants succèdent des plaisirs plus consistants, jusqu’au jour où, sur la banquette d’un fiacre, elle perd ce qui lui reste d’innocence. Exilée en province chez un oncle, elle n’en poursuit qu’avec davantage d’ardeur sa quête d’aventures interdites. Une amie de pension d’abord, puis le jardinier de la maison, et enfin son cousin Léon, qu’elle déniaise allègrement, l’aideront à égayer son séjour. Placée pour quelque temps comme soubrette chez les châtelains de l’endroit, elle y vérifie que le plaisir partagé se soucie peu des particules. Quand elle reprend, dans les derniers mois de 1889, la route de Paris, c’est une véritable jeune femme qui s’apprête à affronter, armée de ses seuls charmes, les hasards de la capitale. Ce sont ses souvenirs d’adolescence que nous publions aujourd’hui, dans la spontanéité d’un récit authentique et naïf.

Biographie de Jacques Cellard

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire