Votre compte

Sur l'invention de la morale

Arnaud Sorosina (general_editor)

Eric Blondel (translator)

Ole Hansen-Løve (translator)

Théo Leydenbach (translator)

Pierre Pénisson (translator)


Le «bien», le «mal» : ces «valeurs», qui infléchissent nos pensées, nos jugements et nos actions, nous semblent évidentes, voire naturelles. À tort, nous dit Nietzsche. Ce sont en réalité des habitudes qui nous sont inculquées, depuis les temps archaïques, par les châtiments les plus cruels. Pire : loin d’être une marque d’humanité évoluée, elles sont le symptôme d’une civilisation malade de sa morale. Aux yeux de Nietzsche, le véritable coupable est la religion chrétienne qui, depuis deux millénaires, a imposé un système de valeurs essentiellement hostile aux instincts premiers de la vie. L’homme «moderne» a forgé sa conscience morale dans la conviction d’avoir fauté, instillant en lui remords et veulerie. Médecin de la civilisation, le philosophe appelle de ses vœux un renversement de cette forme pathologique de la morale – renversement qui redonnera à la vie sa noblesse et à l’homme sa joie, sa force, sa santé. Dossier : 1. Temporalités de la généalogie : histoire, évolution, élevage 2. Fondements de la généalogie : culture, droit et morale.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,49 €
?

Version papier

5,50 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Sur l'invention de la morale”

Fiche technique

Résumé

Le «bien», le «mal» : ces «valeurs», qui infléchissent nos pensées, nos jugements et nos actions, nous semblent évidentes, voire naturelles. À tort, nous dit Nietzsche. Ce sont en réalité des habitudes qui nous sont inculquées, depuis les temps archaïques, par les châtiments les plus cruels. Pire : loin d’être une marque d’humanité évoluée, elles sont le symptôme d’une civilisation malade de sa morale. Aux yeux de Nietzsche, le véritable coupable est la religion chrétienne qui, depuis deux millénaires, a imposé un système de valeurs essentiellement hostile aux instincts premiers de la vie. L’homme «moderne» a forgé sa conscience morale dans la conviction d’avoir fauté, instillant en lui remords et veulerie. Médecin de la civilisation, le philosophe appelle de ses vœux un renversement de cette forme pathologique de la morale – renversement qui redonnera à la vie sa noblesse et à l’homme sa joie, sa force, sa santé. Dossier : 1. Temporalités de la généalogie : histoire, évolution, élevage 2. Fondements de la généalogie : culture, droit et morale.

Biographie de Friedrich Nietzsche

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire